Top 10 des films tournés à Nantes

Romain Duris, Catherine Deneuve, Anouk Aimé, Richard Bohringer, Julie Gayet, Éric Cantona... Tous sont venus à Nantes le temps d'un tournage. Parmi la quarantaine de films tournés dans la cité des Ducs, en voici 10 à voir - ou du moins à connaître pour les conversations cinéphiles.

En 1946, Maurice Gleize est le premier cinéaste à poser ses caméras à Nantes pour tourner "Le bateau à soupe". Depuis, plus de 92 films auraient été tournés en Loire-Atlantique, dont 37 à Nantes et 20 à Saint-Nazaire, selon Antoine Rabaste, auteur en 2013 du livre "Il était une fois à l'Ouest. Nantes et Saint-Nazaire sous les projecteurs". Si Jacques Demy a fait de Nantes son lieu de tournage favori, d'autres réalisateurs y ont aussi planté leur décor. C'est le cas de Claude Chabrol ou de Jean-Loup Hubert, originaire du petit village de pêcheurs de Trentemoult, et de quelques autres... Petit guide des films made in Nantes à l'usage de ceux qui veulent briller en société nantaise.

Les vacances de monsieur Hulot, de Jacques Tati - 1953

Celui-ci n'est pas tourné à Nantes mais du côté de Saint-Nazaire, dans la station balnéaire de Saint-Marc-sur-Mer. On y voit la plage et son hôtel, ainsi que le cimetière. Jacques Tati a choisi ce lieu de tournage après une visite chez des amis de Saint-Nazaire. Il avait alors été séduit par la plage de Saint-Marc et s'était promis d'y revenir un jour pour tourner un film.

Lola, de Jacques Demy - 1961

Retour aux sources pour Jacques Demy qui retrouve la ville de son enfance, ses ruelles, son passage Pommeraye. Il y tourne "Lola", avec Anouk Aimé, en passant par La Baule. Dans le film, où Lola est une danseuse du théâtre Graslin, on peut voir La Cigale, la place Graslin, la place de la Petite-Hollande, le quai de la Fosse, le passage Pommeraye et l'escalier, aujourd'hui disparu, de la rue de l'Abreuvoir. Depuis, c'est comme si Lola hantait un peu ces lieux.

LOLA - Bande-annonce VF par CoteCine

Une chambre en ville, de Jacques Demy - 1982

Sur fond de grève, à Nantes, François Guilbaud, un ouvrier, et Édith, s'aiment dans le décor d'une chambre en ville, louée par l'ouvrier à la mère d'Édith. Entièrement chanté, le film de Jacques Demy est salué par la critique mais boudé par le public à sa sortie. Si les scènes d'intérieur sont tournées en studio à Paris, toutes les scènes en extérieur sont tournées à Nantes. On y voit la Cathédrale, de nombreuses rues de Nantes et encore le passage Pommeraye…

Debout les crabes, la mer monte, de Jean-Jacques Grand-Jouan - 1983

Quand Marthe sort de prison, elle n'a qu'une idée en tête : se rendre à Nantes pour assouvir sa vengeance. Oui, mais ce qu'elle assouvit, ce sont ses pulsions sexuelles, dont Louis Paimbœuf fait l'objet. Le réalisateur, Jean-Jacques Grand-Jouan, est né à Nantes en 1949. Il y tourne deux films : "Debout les crabes, la mer monte" (où l'on peut apercevoir l'intérieur de la brasserie La Cigale) et "Rue du pied de grue", en 1979.

La reine blanche, de Jean-Loup Hubert - 1991

Né à Nantes en 1949, Jean-Loup Hubert a passé son enfance dans le petit village de Trentemoult. Dans "La reine blanche", il raconte une romance sur fond de l'histoire, vraie, de l'élection de la première reine de Nantes métis, qui avait fait grand bruit à l'époque. Liliane a épousé par dépit Jean Ripoche alors que son autre prétendant, Yvon, a pris le large sans prévenir. Quelques années plus tard, ils se retrouvent Passage Pommeraye. Jean-Loup Hubert a également tourné "Le grand chemin", à Rouans.

Mercredi folle journée, de Pascal Thomas - 2001

Vincent Lindon incarne un père de famille qui doit garder sa fille le temps d'une journée... à Nantes. Tout au long de la journée, il multiplie les erreurs. Tourné à Nantes, le film doit son titre à l'évènement bien connu des Nantais : les Folles Journées. On peut visiter la ville à travers la place de la Petite-Hollande, la place Mellinet, la ligne 2 du tramway, l'ancienne carrière de Misery ou encore le musée Jules Verne, avant de finir par une balade le long de la Sèvre.

La demoiselle d'honneur, de Claude Chabrol - 2004

Dans ce thriller signé Claude Chabrol, Benoît Magimel et Laura Smet s'aiment dangereusement, notamment sur les plages de Pornic et la région nantaise. Dans le film, on voit une grande maison bourgeoise très inquiétante. Chabrol raconte qu'il a cherché une maison près de Nantes, en a visité des dizaines mais finalement, c'est près de Paris que la bâtisse a été dénichée. Qu'importe, ce sont les plages du département qu'on y admire !

Un baiser, s'il vous plaît, d'Emmanuel Mouret - 2007

Lors d'un déplacement professionnel à Nantes, Emilie (Julie Gayet) rencontre Gabriel. Séduits, ils aimeraient s'embrasser mais chacun a déjà sa vie et surtout, une histoire empêche Emilie de se laisser aller : celle d'une femme mariée qui embrasse son meilleur ami. Un baiser qui va tout changer. Dans le film d'Emmanuel Mouret, on peut apercevoir le Musée Dobrée, près duquel loge le personnage de Julie Gayet.

Les mouvements du bassin, de HPG - 2012

Deuxième long-métrage du réalisateur et acteur porno HPG, Les mouvements du bassin crée la surprise en réunissant au casting des stars comme Éric Cantona, Jérôme Le Banner ou Rachida Brakni. Le film raconte l'histoire d'Hervé, un solitaire qui prend des cours de self-defense et qui, pour tromper l'ennui, observe le drôle de couple amoureux formé par un homme qui prostitue sa femme. Le film a pour décor le Hangar à Bananes, les Nouvelles Cliniques Nantaises ou encore le quartier Talensac.

Cessez le feu, d'Emmanuel Courcol - 2016

Le film, tourné à Nantes en 2015, n'est pas encore sorti en salles. On pourra y voir Romain Duris et Céline Salette déambuler dans les rues de Nantes afin d'essayer de fuir les souvenirs de la guerre. L'action se passant en 1923, on pourra y voir le Cours Cambronne, l'Hôtel de Préfecture, la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul ou encore le pont Saint-Mihiel. Le film devrait sortir en 2016.

 cessez-le-feu-tournage-nantes-celine-salette-romain-duris

Fin des articles