Scopitone 2017 : 6 idées pour y voir clair

  • Auriane
  • Festivals & Concerts
  • 07/09/2017
© Pantha Du Prince

Du 20 au 24 septembre, le festival des cultures électroniques et des arts numériques revient pour une 16e édition dans la Cité des Ducs. Expositions, installations, performances, DJ set, cette promenade artistique et numérique secoue Nantes fin septembre. Pour s'y repérer, on vous décrypte le festival Scopitone en 6 points. 

Scopitone en chiffres

Pas étonnant qu'on ait du mal à s'y retrouver, quand on voit la richesse de la programmation du festival Scopitone. Au total, Scopitone, c'est : 10 expositions et installations, 13 concerts et performances (DJ set, chorégraphie...), 2 spectacles jeune public, 4 rendez-vous OFF, et tout ça dans 18 lieux (La Fabrique, le Bâtiment B, Mediacampus, l'Insula, Le Jardin des Berges, la Cale 2 Créateurs, le Ferrailleur, le Passage Sainte-Croix, le Cinématographe, le Château des ducs de Bretagne, le Lieu Unique, le Musée d'arts de Nantes, le Jardin des Plantes, le Manoir de Procé, la Carrière Chantenay, la Scène Michelet, le Pôle Étudiant et la Maison des arts de Saint-Herblain et bien sûr, Stereolux).

scopitone scene michelet FaireFAIRE ©Sylvain Lewis

Ça vous donne le tourni ? Nous aussi. Workshops, tables rondes, concerts, DJ set, installations, performances... On vous aide à faire le point sur ce que vous avez vraiment envie de voir.

Scopitone avant Scopitone

Pas besoin d'attendre le 20 septembre et la frénésie du festival pour découvrir certaines des installations. Depuis cet été (et jusqu'au 15 décembre), on peut déjà découvrir à Stereolux le travail du designer taïwanais Ken-Tsai Lee, choisi pour réaliser la création graphique du festival, qui met à l'honneur la calligraphie chinoise et la sérigraphie. 

Du 8 au 24 septembre, Mediacampus accueille l'exposition Semi-Senseless drawing modules de SoKANNO & Yang02, où l'on découvre la création d'un dessin automatisé, grâce à des machines sensibles à l'environnement. 

Du 14 au 16 septembre, le collectif Coin s'installe avec Abstract à la Carrière Chantenay où l'on peut voir en boucle le mouvement d'une matrice de 90 pixels motorisée, entre 21h30 et 23h30 (environ 15 minutes). Tout ça, gratuitement bien sûr. 

Abstract - Collectif Coin

Scopitone en accéléré

Pour les plus pressés, voici un condensé des oeuvres les plus curieuses de Scopitone, à voir en accéléré mais pas en réchauffé. Remote Memories, de Yannick Jacquet et Before Tigers, une pièce imaginée comme une peinture abstraite qui transforme le temps en matière sonore et visuelle.

AI DJ Project, de Qosmo, la battle du 3e type, entre un DJ et une intelligence artificielle... Les boîtes à musique technologiques de Myriam Bleau Stories of mechanical music, au Musée d'arts de Nantes ; au Passage Sainte-Croix, on ne rate pas l'exposition consacré au Canadien Samuel Saint-Aubin, qui met en équilibre de drôles d'objets avec des dispositifs cinétiques et technologiques déroutants.

Samuel Saint-Aubin

Entre performance et installation YYOY (Why, why ohh why) invite le spectateur à pénétrer dans un espace où son spatialisé, éclats de lumière et obscurité se mêlent pour une expérience extra-sensorielle déroutante, imaginée par Nikki Hock.

Enfin, on va danser sur la piste du Pôle Étudiant où l'on pourra découvrir la punk tribal des nouveaux chouchoux du label Ed Banger : 10LEC6, avec aussi Autarkic, Apollo Noir et UVB 76

Vaste programme pour ceux qui veulent explorer Scopitone en un rien de temps. 

Scopitone gratuit

C'est ce qui fait le charme et la particularité de Scopitone : sa gratuité quasi totale. Hormis l'exposition au Lieu Unique, La bibliothèque, la nuit, d'Alberto Manguel et Robert Lepage (à 5 euros) et l'installation de Myriam Bleau au Musée d'arts (pour lequel il faut payer l'entrée), toutes les expositions de Scopitone sont en accès libre, et on peut même s'inscrire pour des visites guidées gratuites ! Les deux performances et installations jeune public proposées sont également gratuits : Rêverie Électronique, de Jesse Lucas (à partir de 6 mois), un voyage sonore et visuel conçu pour les tout-petits jusqu'à 3 ans et l'installation Bloom, de Maotik & César, à la Maison des arts de Saint-Herblain, composée de motifs graphiques et colorés qui réagissent aux actions des visiteurs pour un voyage hypnotique, est accessible dès 2 ans. 

Bloom, Maotik & César ©Sébastien Roy

Soirée d'ouverture du mercredi, soirées de concerts du jeudi soir, performances de Nikki Hock, conversation et performance de la Red Bull Music Academy et Maud Geffray, Goûtez électronique et soirée de clôture le dimanche sont également gratuits ! De quoi passer un week-end haut en culture sans débourser un centime ! Pour le reste, il faut compter 6,50€ pour le ciné-concert (samedi 23 septembre à 19h, Melatonine joue La Chute de la maison Usher au Cinématographe) et de 8 à 10 euros pour les OFF after by Abstrack, le samedi soir et le dimanche soir à l'Insula).

Les grandes soirées : ouverture et clôture de Scopitone

L'ouverture et la clôture d'un festival font toujours date et Scopitone ne déroge pas à la règle. Pour l'ouverture (gratuit sur inscription) à Stereolux, Scopitone vous donne rendez-vous dès 18h30 le mercredi 20 septembre pour l'ouverture officielle (de 18h à 20h, on peut aussi assister aux Abstrack-tions électroniques), puis à 20h on pourra assister à une performance de YiLab, par la danseuse et chorégraphe multimédia taïwanaise Su Wen-Chi, intitulée W.A.V.E., avant de laisser place, vers 21h30, à la battle entre un DJ et une intelligence artificielle Al DJ Project, par le duo japonais Qosmo

YiLab ©Hsu Ping

Quant à la clôture, elle aura lieu dimanche 24 septembre, dès 16h30 à Stereolux avec le live de Joasinho et sa musique improvisée entre électro et post-rock suivi, à 18h, de la première performance en France de l'Islandais Valgeir Sigurðsson accompagné de Liam Byrne, virtuose de la viole et dont la musique sera mise en lumière par la création visuelle du Français Yannick Jacquet. Un grand moment en perspective.

Les Nuits Électroniques de Scopitone

C'est LE gros morceau de Scopitone, celui qui déplace le plus les fanas d'électro. J'ai nommé, les Nuits Électro. De 21h à 5h, dans la "boîte" acoustique installée sous les nefs, ainsi que dans les salles Micro et Maxi de Stereolux, l'électro bat son plein.

Au programme de la Nuit Électro #1 le vendredi 22 septembre, on retrouve sous les nefs : le beatmaker français Clément Bazin, Floating Points, Motor City Drum Ensemble, l'un des mastodontes de la techno berlinoise Recondite et Michael Mayer, génie de l'électro allemande. En salle maxi, on pourra écouter Kelly Lee Owens, Giorgia Angiuli, le trio FJAAK, le frenchy Schlømo et le Parisien Antigone. En salle micro : Not Waving, Simo Cell et AZF.

AZF

Et pour la Nuit Électro #2, il faudra compter, sous les nefs, sur une prog française à 80% : les expérimentations d'Aufgang, le duo Cosmic Boys, Jeremy Underground, Joris Delacroix et l'Allemand Roman Flügel. En salle maxi, on retrouve la slow house du duo Weval, Avalon Emerson, Pantha Du Prince et François X. Enfin, en salle micro, Maison Acid, Demian Licht, Dopplereffekt et Contrefaçon feront le show. 

Côté billetterie, il faut compter entre 25 et 31 euros par soirée, sachant que les pass 2 Nuits sont tous écoulés. 

Avec tout ça, vous ne risquez pas de vous ennuyer à Scopitone ! Si vous voulez encore plus de détail, voici la présentation vidéo (alléchante) du festival : 

Scopitone
Du 20 au 24 septembre
Stereolux et autres lieux