#Jekiffemondecollete : arrêtons de shamer les femmes sur leurs tenues !

Pas besoin de s’étaler là-dessus, vous le savez : il fait chaud. Quand nous avons affaire à une telle météo, naturellement, on se découvre. D’ailleurs, on peut se dévoiler en toute saison. Car oui, que vous le vouliez ou nous, les femmes peuvent s’habiller comme elles veulent, quand elles veulent.

En cette période de hautes chaleurs, un hashtag a émergé et rencontré un fort succès sur Twitter. Il s’agit de #Jekiffemondecollete.


D’où ça vient ?

La flamme a été allumée par le témoignage d’une internaute appelée Céline B. Elle narre une récente confrontation avec un homme dans la rue : un leitmotiv appréhendé par beaucoup de femmes au quotidien.

« Donc… D’après un type croisé tout à l’heure… Ceci est un "décolleté de sale pute"… Mec, mes seins et moi on t’emmerde bien fort tu sais. ». Nous n’avons rien d’autre à ajouter quant à cette sage réponse.

Suite à cette publication, Zohra Bitan, chroniqueuse parmi les Grandes Gueules, lance le mouvement #Jekiffemondecollete : « N’oubliez pas les filles, demain samedi 22 juin 18h, en attendant la #Canicule et en guise de résistance à la police vestimentaire qui tente des percées çà et là #JeKiffeMonDecollete en image ici ! Préparez vos photos. ».

Ce mot d’ordre est donc à l’origine de nombreuses publications de photographies de décolletés plongeants et assumés sur les réseaux sociaux.


Un discours à retenir absolument : on s’habille comme on veut, merde !

Ce buzz permet de faire à nouveau la lumière sur une problématique commune, mais qui ne devrait jamais quitter le devant de la scène.

Nous soulèverions une évidence en rappelant que la femme est constamment sexualisée. Toutefois, la chose est d’autant plus importante sous cette météo. Les beaux jours ouvrent la porte aux jupes, robes et autres tenues légères permettant de résistant à la chaleur étouffante. Seulement, assimiler ces choix vestimentaires à des statuts péjoratifs tels que "salope" ou "chienne" n’est que le fruit d’esprits étroits et sexistes.

La quantité de peau dévoilée par toute femme ne peut en aucun cas être le motif d’insultes ou de remarques parfois anodines mais très parlantes. En effet, on fait référence à ces petites phrases ou questions prononcées par des hommes comme des femmes d’ailleurs, type « T’as pas froid comme ça ? », « Je vais pas pouvoir te regarder dans les yeux là » ou encore « Tu t’es habillée comme ça pour qui ? ».

D’ailleurs, cette dernière punchline nous permet d’éclaircir un point. Si une femme s’habille avec légerté, cela peut-être en raison de la température, mais peut-être aussi pour tout autre motif. Chercher à se sentir belle ou sexy ne se rattache pas aux regards extérieurs, féminins comme masculins. On s’habille avant tout pour soi, pas nécessairement pour satisfaire un quelconque regard comme le sous-entendent nombreux discours machistes qui traînent.

Pour faire simple : les femmes s’habillent comme elles veulent, quand elles veulent. Point. Qu’il s’agisse d’exhiber un décolleté généreux comme le prône cette récente tendance ou ses jambes, ses bras… peu importe. Tout comme il n’est pas commun d'appeler un homme qui se balade en short "pute", la réciproque devrait être respectée pour une femme.

Sur ce… En reprenant les belles paroles de Céline B, sachez que nous et nos décolletés vous emmerdons, vous la police sexiste du vêtement. Votre petitesse d’esprit, votre grossièreté et votre machisme sont bien bas face à une femme qui s’assume et arbore sa féminité avec fierté. Chacun est libre de se vêtir comme il le souhaite, et les plus couvertes comme les moins ne devraient nullement être sujettes à attaque.

Voir cette publication sur Instagram

#jekiffemondecollete #summer #onsesapecommeonveut

Une publication partagée par Morelieras (@angelinamorelieras) le

Passez un bel été, en bretelles ou en manches longues !

Namasté.

Fin des articles