3 choses à savoir avant de courir faire les soldes

Les soldes en 2020, certains y ont définitivement renoncé préférant les ventes en ligne et les promos tout au long de l’année. D’autres n’attendent que cette période fatidique pour transformer leur garde-robe. Si vous faites partie du deuxième cas, trois choses à savoir avant de plonger tête baissée dans la gueule du loup. A vos marques, prêt, shoppez… ou presque.

Si en cette période de crise économique persistante, l'heure n'est pas à l'euphorie, les françaises dépenseront tout de même 526€ en moyenne pendant les soldes. « Plus réfléchis dans ces actes d'achat, le chasseur de soldes a aujourd'hui bien souvent retardé ses achats pour profiter des démarques : en priorité sur les vêtements (avec un budget prévu de 86 €), les chaussures (65 €), la beauté (28 €), l'électroménager (87 €) et les biens culturels (24 €) » apprend-on. Reste à savoir si la bonne affaire sera au rendez-vous. Car oui, l'arnaque des soldes n'est pas loin. Alors avant de vous jeter dans les rayons, lisez plutôt ceci. 

Beattles filles soldes folis
© Source

Remontons un peu dans le temps. À quoi servaient les tous premiers soldes ? Dans la mode, les soldes sont nés à la fin du 19e siècle pour vendre à prix réduits les invendus.

C'est à cette époque que les premiers grands magasins tels qu’on les connait aujourd’hui font leur apparition.

Parmi elles le Bon Marché, le Printemps ou encore La Samaritaine (pour ne citer que les noms emblématiques). Avec la multiplication de produits, on ne pouvait pas se permettre de garder en rayon des fringues passés de mode. Il fallait donc les écouler pendant cette fameuse période.

Mais au fil du temps, en profitant de ces deux périodes charnières dans l'année où se ruent tous les shopaholics, certains commerçants se sont emparés de l’occasion pour tendre des pièges aux acheteurs compulsifs. Si, si. 

1. Certains vêtements sont (mal) conçus exprès pour les soldes

UFC que Choisir prévient dans ses « pièges à éviter » que certains vêtements (ou produits) sont spécialement conçus pour la période des soldes. Ils seraient donc de qualité inférieure. Low Cost. 

« Fabriquer des produits de moindre qualité pour les soldes est une pratique avérée de certains commerçants. La détection n’est pas scientifique, il s’agit de voir la qualité des vêtements au touché, les finitions, la coupe »  nous explique Maya de Oliveira, d'UFC que choisir.

Une pratique difficile à déjouer donc.

Que dit la loi ? La loi stipule que les produits doivent avoir été proposés à la vente au moins un mois avant le début des soldes. Donc si vous découvrez une nouvelle robe lors des soldes dans votre boutique préférée… méfiez-vous !

« Ça peut être des produits ayant été retirés du rayon hors période de soles pour défaut de qualité ou des produits spécialement conçus pour les soldes avec des tissus de mauvaise qualité » poursuit Justine Massera, juriste chez UFC-Que Choisir.

Le but du fabricant étant bien sûr de réduire le coût de production en utilisant des matériaux de moins bonne qualité, afin d'augmenter encore plus sa marge.

Solution : Garder un oeil sur les collections passés, et bien analyser la qualité de la fringue avant de l’acheter.

2. Une bonne affaire peut en cacher une mauvaise

Un -60% sur un beau manteau d’hiver maintenant à 120€, c’est plutôt alléchant non ? Mais si vous aviez vu le même prix sans la grosse étiquette fluo signalant le rabais, cette robe vous aurait-elle autant fait kiffer ? Que s’appelerio "l’effet contraste".  

Et oui, désormais vous saurez nommer cette manière qu'on a tous de se justifier (déculpabiliser) en pensant à "la bonne affaire". Sans parler du fait qu’on n'est pas tous très bons en math et qu’on peut vite se faire avoir par un -xx% qui ne vaut pas grand chose au final. 

Solution : pendant vos emplettes, n’hésitez pas à décoller la grosse étiquette pour découvrir le vrai prix d’origine. Pas bon en calcul mental ? Il y a aussi une application pour ça, sur iPhone, comme sur Androïd. La Calculette à Soldes, Soldes faciles ou Calcul Soldes permettent de connaître en un clin d’œil le nouveau prix, une fois la ristourne de 5 %, 10 %, 20 % ou 40 % appliquée.

3. "Ni repris, ni échangé", sauf si...

Si elle n'est pas illégale, la mention  "ni repris, ni échangé" peut être jugée abusive. Imaginons que vous découvriez un bouton mal cousu sur cette belle chemise dénichée en solde. Vous vous dites "mince, cette chemise est soldée sans garantie. Je n'ai aucune chance. Bouh". Sachez que même en période de soldes, même sur Internet, le commerçant doit appliquer certaines règles, comme le stipule très bien la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes :

« Un article soldé bénéficie des mêmes garanties que tout autre article. Ainsi, l’annonce « ni repris ni échangé » que l’on retrouve parfois en période de soldes ne dispense donc pas le commerçant d’échanger ou de rembourser l’article en cas de de défauts de fabrication non apparents (vices cachés). » 

Et vous avez le droit de changer d'avis sur Internet. Vous êtes plutôt du genre à shopper devant votre écran en pyjama sous la couette ? C'est tout à votre honneur. Si vous avez acheté un produit en soldes sur Internet, le droit de rétractation s'applique toujours.

La loi Hamon vous permet en effet de renoncer à un achat, dans un délai de 14 jours. 

Et ce, sans avoir à justifier sa décision - peut-être que votre copain n'étais pas si fan de cette paire de pompes - ni à payer de frais supplémentaires ou autres pénalités. Pratique non ? 

Vous voilà fin prêt à shopper sans retenue !

Fin des articles