Le Sénat, favorable à la réouverture des clubs, a voté une mesure pour sauver la Nuit

  • Lisa B
  • News
  • Publié le 14 Octobre 2020 à 15h03
DR

Les sénateurs se disent ENFIN favorables à la réouverture des ERP (établissements qui reçoivent du public), comme les clubs et les bars. Hier soir, le Sénat a en effet voté des nouvelles mesures en ce sens, tout en ayant examiné le projet de loi qui vise à prolonger de 5 mois le régime transitoire. Néanmoins, rouvrir les clubs impliquerait que tous les ERP restent ouverts, ce qui ne semble pas emballer le gouvernement.

Hier matin, les patrons des clubs protestaient contre la fermeture de leurs établissements en bloquant les routes dans toute la France via une opération escargot. Hier soir, le Sénat réagissait. Une grande majorité de sénateurs s’est en effet dite favorable à la réouverture des clubs et des bars, qui souffrent de la crise depuis de longs mois. Dans une série d’amendements proposés, le Sénat s’est notamment questionné sur les mesures à mettre en place pour limiter les fermetures des établissements recevant du public (ERP). Plusieurs propositions ont alors été votées dans la foulée, proposées par Serge Babary et Max Brisson.


Transformer les clubs en bars, en restaurants ou en salles d'exposition ?

Serge Babary, sénateur français et membre du parti Les Républicains, a proclamé : « On a des professionnels qui depuis le 14 mars sont en arrêt total d’activité et qui essaient désespérément de trouver des parades pour reprendre une activité. Les tentatives pour proposer un protocole sanitaire beaucoup plus contraignant n’ont pas été acceptées. Du coup, c’est leur activité même qui est remise en cause par la situation sanitaire ». 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @manonlou.ve le

C’est suite à ce constat qu’il a naturellement proposé que les clubs se transforment « en bars, voire en restaurants, en respectant les protocoles », avant d’ajouter : « on peut aussi imaginer d’autres utilisations, comme une salle d’exposition (…) on propose un arrangement qui ne coûte rien et qui permet à des professionnels de survivre jusque meilleure fortune. Je ne vois pas pourquoi il y aurait une opposition du gouvernement ».

Serge Babary a alerté sur l’importance de rouvrir ces lieux de nuit ; « À terme, si on ne trouve pas de solution comme celles-là, on risque de tuer totalement les discothèques, la profession. ».

Néanmoins, le gouvernement n'y voit pas autant d'importance ; depuis le début de la crise, il souligne l’inutilité de prendre des risques à ouvrir des ERP de type P (salle de danse et salle de jeux comme le cas des discothèques). Ces établissements ont été les seuls à être concernés par une fermeture totale. Sans compter que l’État semblerait plutôt pencher pour un couvre-feu, qui sera peut-être annoncé ce soir par Emmanuel Macron lors de son discours à 20h.

Fin des articles