Les 89 villes les plus saines du monde : Marseille pas si « unhealthy »

  • Sian
  • Société
  • Publié le 9 Août 2021 à 08h00
Marseille - Julien Viry ©

Mauvaise élève de la pollution de l’air et de l’eau, on tape toujours sur les doigts de la cité phocéenne (et on a bien raison !). Mais pour une fois, une étude fait ressortir les côtés « sains » de Marseille, et elle se fait sa place dans le classement des 89 villes les plus saines du monde !

Publiée par la plateforme de logement Spotahome, la dernière étude des « villes les plus saines » est un palmarès de 89 villes du monde, basé sur dix critères pas scientifiques mais très variés. Entrent en compte la qualité de l'air et de l'eau, l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle, ou encore la qualité des salles de sport, le pourcentage d'adultes obèses, le nombre de congés annuels payés. En France, seules 4 villes ont leurs petites places dans le classement, et malheureusement pas en tête. La première, Lyon, n'est qu'à la 27e place. Marseille arrive en deuxième dans l'Hexagone, à la 55e place. Bon, c'est pas si mal non ? En tout cas, on est bien devant Paris (64e) et Lille (70e).


Marseille, « healthy » ?

Oui, comme d’hab, les villes du Nord (Pays-Bas, Allemagne, Norvège, Estonie) sont les premiers de la classe, et que les villes d’Europe du Sud suivent (Valence en Espagne 15e et Lisbonne au Portugal 18e). Mais à Marseille, on a quand même une bonne moyenne de 5,20/10, notamment grâce à notre espérance de vie (8,42/10), le relativement faible nombre de fast-foods (noté 8,9/10), l'équilibre entre vie professionnelle et personnelle (7,74). Sans oublier le nombre de jours d'ensoleillement (6,75/10), qui nous vaut la 17ème place au test du soleil, yes ! Nos mauvaises notes ? L'absence de qualité de ses salles de sport (3,2/10), la pollution de l'air et de l'eau (3,86/10), le manque d'espaces verts (3,79/10), la prévalence de l'obésité chez les adultes (2,35/10) et le manque de points de recharge électrique (0,28/10).

Peut mieux faire ! Mais bon, on est pas les pires.

Fin des articles