10 fautes de français très répandues qu'on a déjà tous faites

  • Laura Puset
  • Société
  • Publié le 17 Novembre 2020 à 08h40

C'est bien connu la langue française est un vrai casse-tête ! Il n'y a pas que les étrangers désireux d'apprendre la langue de Molière qui s'y cassent les dents. Pour vous le prouver, voici quelques fautes disons "courantes" qu'on a tous probablement fait un jour. Attention ça va piquer les yeux mais à l'issue, cela ne vous piquera plus car vous saurez enfin la vérité !

Ce n’est pas « quelque soit » mais « quel(s) que soi(en)t » ou « quelle(s) que soi(en)t ».

On ne s’excuse jamais en écrivant « autant pour moi » mais « au temps pour moi ». Ben ué.

On ne part pas faire une « ballade » mais une « balade ». Avec deux « », le mot ballade désigne une forme musicale. Lorsque le mot désigne une promenade, il ne s’écrit qu’avec un « ».

« J’étais censé aller faire du sport » et pas « sensé ». Lorsqu’on peut remplacer « censé » par « supposé », le mot s’écrit avec un « ». Lorsqu’il commence par un « »« sensé » signifie quelque chose qui a du sens.

« Quelquefois » s’écrit de cette façon. En un mot. Ça fout un coup non ?

Non, ce bon vieux monsieur S n’a rien à faire avec « parmi » et « malgré », bien que ce soit assez moche…

Quand il dit que le verbe « appeler » est super ennuyeux à écrire. C’est bien simple, on ne peut pas l’écrire correctement du premier coup, jamais.

On ne dit pas "je me suis permise" mais « je me suis permis » (oui, même si on est une fille). Quand le verbe « permettre » est utilisé à la forme pronominale, il ne s’accorde pas sauf si le COD est placé avant le verbe, comme par exemple « la remarque qu’elle s’est permise était pertinente ».

Un peu de chiffres à présent : « cent » et « vingt » prennent un « » seulement lorsqu’ils sont multipliés.

« Elle s'est lavée les mains » pour éviter d'attraper le covid. Eh bien, non en réalité pour bien faire « elle s'est lavé les mains ». Quand un COD suit un verbe pronominal, il ne faut pas accorder le participe passé. 

« En termes de chiffre d'affaire », même s'il peut atteindre plusieurs milliers d'euros (hors période de pandémie mondiale), s'exprime toujours au singulier quand l'expresssion « en termes de », elle, s'écrit toujours au pluriel.



Voilà, on ne vous impose pas de « date butoir » (sans E) pour intégrer toutes ces règles mais c’est le bûcher pour le prochain qui fait ces fautes.

Fin des articles