La rue Édouard Herriot est désormais interdite à la circulation le week-end entre 22h et 4h

© Vincent Laganier

Action, réaction. En réponse aux voix qui s’élèvent pour dénoncer les actes d’incivilités et les nuisances qui écourtent les nuits des habitants de la Presqu’île, la Mairie de Lyon a décidé d’agir. Désormais, la circulation est interdite dans la rue Édouard Herriot les vendredis et samedis entre 22h et 4h.


Il y a quelques semaines, nous vous relations l’exaspération des habitants de la Presqu’île contre les nuisances sonores nocturnes dues aux actes d’incivilité. Après la création du groupe « Presqu’île en colère » sur Facebook et de multiples appels à les instances décisionnaires de la ville, une solution pour le moins radicale vient d’être apportée au problème. Un arrêté municipal avec effet immédiat interdit désormais la circulation dans la rue Édouard Herriot les vendredis et samedis entre 22h et 4h.

Ces derniers jours, d’imposants panneaux ont pris place à l’intersection des rues adjacentes telles que la rue de la Barre ou la rue Jean-de-Tournes près de la place des Jacobins. Seuls les véhicules autorisés seront dorénavant autorisés à circuler. Une réponse qui prouve que la ville prend le problème au corps mais qui éveille aussi de nombreux doutes. 

Bonne idée, hérésie totale ou non-solution ?

Parmi les premiers détracteurs de cette décision, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer la radicalité de cette décision. « On va compliquer la vie de milliers de personnes pour satisfaire les caprices d’une poignée de Lyonnais », peut-on notamment lire sur les réseaux sociaux. La rue Édouard Herriot étant l’artère principale reliant la place Bellecour à la place des Terreaux, il faudra désormais emprunter les quais du Rhône pour remonter le fleuve en direction d’Hôtel de Ville et de la Croix-Rousse.

De l’autre côté, si de nombreux riverains de la Presqu’île applaudissent cette mesure vue comme un premier pas vers des nuits plus calmes et moins jonchées d’actes répréhensibles par la loi (concerts de klaxons, rodéos urbains et autres hurlements) mais aussi comme le signe que la mairie de Lyon entend les plaintes, d’autres ne l’entendent pas de la même oreille. Pour eux, le fait d’interdire la rue Édouard Herriot à la circulation ne fait que déplacer le problème et les nuisances générés dans cette même rue seront décalés dans d’autres.

À noter également que les interventions policières nocturnes se sont récemment décuplées dans le quartier, les forces de l’ordre n’hésitant pas à verbaliser les véhicules trop bruyants. Alors les Bonbon lyonnais, on en pense quoi ?

Fin des articles