Toda, la cantine lévantine qui ensoleille nos papilles dans le 6e

undefined 3 avril 2019 undefined 12h30

Antoine Lebrun

On pourrait commencer cet article en vantant les bienfaits et les saveurs de la bonne cuisine méditerranéenne méditerranéenne, la fraîcheur de ses ingrédients et la ferveur de ses représentants. Mais cette fois, on préfère vous conter l’histoire de la rencontre à l’origine de Toda. Une vraie belle histoire comme on en fait peu...

Quand hasard et destin ont rendez-vous en Terre sainte

Au départ, il y a Daniel, un jeune Israélien de 25 ans à la tête de Deli’s Dad, un restaurant gastronomique cacher. Le mardi 8 janvier 2019, alors qu’il file vers la cave de son établissement, il tombe sur un grand sac garni d’effets personnels (ordinateurs, bijoux, etc…). Désireux de bien agir, il pense à un cambriolage et décide de récupérer le sac pour le garder dans son restaurant. C’est alors qu’il voit le voleur passer devant sa vitrine, visiblement à la recherche du butin, et décide de fermer le rideau de fer pour éviter les représailles. Quelques minutes plus tard, le propriétaire des objets dérobés, un certain Khalis, est averti par la police. Après avoir récupéré la totalité de ses biens (chose rarissime), il se rend chez Deli’s Dad pour remercier Daniel. D’un côté, Khalis, titulaire d’un Master d’école de commerce (à l’IDRAC), cherche un moyen de récompenser son sauveur. De l’autre, Daniel, fervent croyant, justifie son acte en évoquant Dieu. Après plusieurs jours, les deux acolytes sympathisent et décident d’unir leurs compétences pour créer Toda (« merci » en hébreu) en lieu et place de Deli’s Dad.


De gauche à droite : Khalis, Nathan et Daniel


Ambiance méditerranéenne et cuisine israélienne

Durant une semaine, Daniel et Khalis s’activent pour redécorer la salle, réaménager l’espace et revoir la carte du restaurant. Les travaux achevés, Toda ouvre ses portes le 8 février 2019 et affiche un joli cadre qui fait autant voyager que saliver. En entrant, on se retrouve baigner dans un bain de couleurs grâce à une incroyable fresque réalisée par un artiste italien et représentant Tel-Aviv sur toute la longueur du mur. C’est beau, c’est lumineux et c’est surtout propice à la dégustation de produits qui sentent bon la Méditerranée.

En guise de menu, une grande ardoise centrale décline les différentes spécialités de la maison (garanties 100% cacher et faites maison) : des traditionnels falafels (boulettes de pois chiche) accompagnés de pain pita en passant par le shawarha (haut de cuisse de volaille, considéré comme le kebab local), la sauce Tehina, l’incontournable houmous et même les succulentes frites de patates douces, tous les délices d’Israël s’offrent à nous.

Pour compléter le repas, un buffet garni de houmous, de piment vert à l’huile d’olive, de semoule et de tomates/concombres. Résultat des courses : des plats gorgés de soleil qui nous ont parfaitement sustentés et nous ont surtout donné une terrible envie d’être en été. Et on croit savoir que c’était l’effet escompté…Bien joué !

L’adresse qui met le soleil dans nos assiettes

Pour ravir un maximum de Lyonnais, Toda exporte également ses saveurs en livraison via LYON Eats. De quoi amener un peu de soleil et surtout beaucoup de saveurs méditerranéennes dans ton appart’ qui baigne déjà dans la lumière de ce beau mois d’avril.

Déjà victime de son succès, Toda songe même à ouvrir une deuxième adresse à Lyon. Car oui, les restos proposant de la bonne cuisine israélienne ne courent pas les rues lyonnaises alors autant en profiter. Pour l'heure, Toda désire agrandir son équipe en recrutant du personnel capable de satisfaire les fringales des foules qui s’y amassent. Alors si tu es motivé(e), souriant(e) et que tu souhaites bosser au sein d’une équipe de gais lurons, on te conseille de vite les contacter pour faire valoir ton profil.


Toda
166 rue Cuvier - Lyon 6e

Du dimanche au jeudi de 11h30 à 15h et de 19h à 22h30 (fermeture vendredi après-midi, samedi et une semaine en avril)
Site web - Facebook - Instagram