Une pétition pour faire des friches de Saint-Sauveur le Central Park lillois

© © Le Moniteur

Depuis quelques semaines déjà, une pétition en ligne tente de récolter un maximum de signatures afin de sauver les friches de Saint-Sauveur d’un projet d’urbanisation. 

Si vous avez déjà fait un tour à la Gare Saint-Sauveur pour un apéro entre potes, une expo ou encore un furieux Dj set, vous avez pu constater le terrain vague qui borde l’espace culturel. Près de 23 hectares entre le centre-ville et le quartier Moulins. Cette friche devrait se transformer en un espace de plus de 2200 logements et 70 000 mètres carré de bureaux et commerces. Un projet porté par la ville de Lille, la Métropole Européenne de Lille (MEL) et la société publique locale Euralille. À première vue, un projet sympa. Oui mais, il y a un mais

Selon Antoine Kubiak, un architecte lillois, la friche de Saint-Sauveur représenterait le dernier espace vert réhabilitable de la métropole lilloise. Chaque ville dispose d’espaces verts. Selon une étude de l'Observatoire Régional pour la Biodiversité, il y a en moyenne 31 mètres carré d'espaces verts par habitant en France. Sauf que Lille n’en dispose que d’à peine 12 mètres carré, et se classe donc parmi les villes de France les moins peuplées en espace vert. La pétition « Sauvons Saint-Sauveur, Lille étouffe » milite pour faire avorter ce projet d'urbanisation car les friches de Saint-Sauveur représenteraient « la dernière opportunité foncière de proposer des réponses concrètes aux défis que la ville de Lille doit se donner les moyens de relever ». Leur objectif : un projet plus respirable et moins de béton. À l'heure actuelle, la pétition a déjà reccueilli 7196 signatures

Alors jetez-y un oeil parce qu'un petit Central Park à Lille nous ferait le plus grand bien ! 

Take me there 💭💭💭 Photo: @the_wondering_dreamer #nomadgirls 💔

Une publication partagée par Nomad Girls ☆ Travel 🗺 (@nomad.girls) le

 

 

 

Uma saudade imensa.. #centralpark #NY #amazing #nature 📷 @lucastavorademelo

Une publication partagée par Thais Xavier (@thaisxavier101) le

Fin des articles