Un patron français instaure une semaine de 32h sur 4 jours sans baisser les salaires

Et si le meilleur patron du monde se trouvait en France ? PDG de la société lyonnaise LDLC, Laurent de la Clergerie a décidé de passer ses salariés à 32h hebdomadaires sur 4 jour et sans diminuer les salaires. Cerise sur le gâteau : l’entreprise devrait également recruter.

Pendant que certains passent leurs journées à travailler sans relâche, d’autres peuvent profiter de conditions de travail avantageuses. C’est le cas dans la société d’informatique en ligne LDLC dont le PDG Laurent de la Clergerie vient d’annoncer une semaine de 32h réparties sur 4 jours, sans diminution des salaires pour ses 900 salariés à travers la France et avec des embauches à la clef. La raison, le patron l’a expliquée sur les ondes d’Europe 1 « si les salariés sont heureux, ils vont être plus efficaces ».

Dans les faits, les salariés seront payés comme en 35 heures alors qu’ils ne travailleront que 32. « J'ai plaisanté en disant aux salariés 'je vous le garantis, je n'avais pris aucune substance illicite, j'étais dans mon état normal, s’est amusé le PDG sur Europe 1, qui a pris modèle sur une expérience conduite par Microsoft au Japon. Si un salarié est heureux, cela s'entend. Si un salarié est heureux, il va le transmettre au client, et si le client sent que la boîte se sent bien, il sera plus à même de venir chez nous ».

Plusieurs dizaines d’embauches à venir

Facilitée par la bonne santé économique de la société LDLC, cette philosophie du bien-être au travail fait évidemment sauter de joie les salariés de l’entreprise. « Cela montre une vraie confiance de la part des dirigeants envers les salariés, en notre autonomie à faire notre travail, se réjouit Kevin. Socialement, c'est vrai que c'est un gros gain pour nous ».

Et afin de compenser la baisse de travail de 3h par semaine de chaque salarié, l’entreprise devrait embaucher plusieurs dizaines de personnes. Un schéma qui étonne vraiment avec le climat actuel et pourrait donner des idées à d’autres sociétés en bonne forme.

Fin des articles