Un futur train direct reliera Bordeaux à Madrid en 4h

  • Ella Billet
  • News
  • Publié le 23 Novembre 2021 à 09h05

Vendredi 19 novembre, Jean-Pierre Farandou, président-directeur-général de SNCF, Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, et Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole échangeaient sur la stratégie territoriale du groupe SNCF en Nouvelle-Aquitaine. Favorables au Grand Projet Sud-Ouest (GPSO), les futurs temps de trajets évoqués sont ultra-compétitifs.

Bordeaux-Marseille en 4h (contre 6 actuellement), Bordeaux-Barcelone en 3h50 (contre 6 actuellement), Bordeaux-Madrid en 3h55 (contre 6h45 actuellement) ... Il semblerait que l'horizon soit plus propice aux déplacements. Lors d'une conférence de presse, les grands acteurs du GPSO ont présenté la stratégie territoriale du groupe SNCF en Nouvelle-Aquitaine. Cette dernière offrira des gains de temps considérables pour les usagers. Lors de cette présentation, tous soulignent la nécessité de réaliser les aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux et au nord de Toulouse, ainsi que les nouvelles lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax

Un raccordement "sud-sud"

D'après les dernières données publiées sur le site du GPSO, l’axe ferroviaire Paris-Bordeaux-Valladolid-Madrid est considéré comme l’un des axes stratégiques du réseau européen pour relier la péninsule ibérique au reste de l’Europe par la façade Atlantique. La ligne nouvelle Bordeaux-Dax, longue de 160 km, dont 55 km de tronc commun avec la ligne Bordeaux-Toulouse, est conçue pour la grande vitesse (320 km/h). Elle permettra un gain de temps conséquent (20 mn) pour toutes les liaisons vers le Sud de l’Aquitaine (Pays basque), le Béarn et la Bigorre (Pau, Lourdes, Tarbes) et au-delà l’Espagne avec une gare nouvelle créée à Mont-de-Marsan.

La mise en service du raccordement« sud-sud » permettra des relations entre l'arc méditerranéen, le Pays basque et l'Espagne avec des temps de parcours compétitifs (Bordeaux-Bayonne en 1h05, Bordeaux-Bilbao en 1h55)Pompon sur la Garonne ? Le projet GPSO est un projet durable qui promet un bilan-carbone positif au bout de 10 ans grâce au report modal de l’aérien et de la route vers le ferroviaire. Rappelons qu'un TGV rempli à 80 %, c’est 370 trajets en voiture évités.

Fin des articles