Ces 2 Youtubeurs bordelais font un carton en créant une plateforme pour trouver un job sans CV

  • Juliette A
  • News
  • Publié le 4 Janvier 2023 à 08h17

On vous présente "Parfait pour ce job", le nouvel outil moderne & original pour décrocher un taff sans CV. Une fierté locale made in Bordeaux ! 

Le duo de trentenaires Camille Berteau et Miguel Muñoz, qui s'est rencontré dans un espace de coworking bordelais, révolutionne le monde de la recherche de l'emploi en lançant un site d'un nouveau genre. "Parfait pour ce job" est la première plateforme d’emploi inversée. La nuance est importante : ce ne sont plus les demandeurs d'emploi qui recherchent un job, mais les entreprises qui trouvent leur candidat idéal.

Un nouveau Tinder pour décloisonner le marché du travail 

Pour se faire, les inscrits en quête d'un job se présentent (en 5 minutes chrono via le formulaire en ligne), et c'est aux entreprises de les contact si le profil correspond à leurs recherches. Pour remplir leur profil, les candidats renseignent leurs infos personnelles, la nature du contrat qu'ils recherchent (CDI, CDD…), leurs motivations salariales et surtout leurs passions. Oubliez le poussiéreux Curriculum Vitæ ou l'archaïque lettre de motivation, chez eux tout repose sur le match ! 

Permettre aux entreprises de trouver leurs talents de demain 

"Il y a, aujourd’hui en France, beaucoup d’entreprises qui cherchent à recruter des personnes pour des métiers qui ne nécessitent pas de qualifications particulières ou de diplômes ! Souvent, ce sont des métiers peu connus, alors vous ne penseriez même pas à contacter ces entreprises" précisent les fondateurs qui ciblent particulièrement les non-diplômés. De la même manière, cela permet aux candidats d'envisager de nouvelles expériences professionnelles auxquelles ils n'auraient peut-être jamais songé. 

Depuis son lancement en février dernier, "Parfait pour ce job" compte déjà 143 entreprises partenaires (dont La Banque populaire, Axa, Leroy Merlin, Adecco...) et près de 8 500 candidats inscrits. Pour l'instant, chacune des entités est bénévole, mais si le site grossit il pourrait être monétisé

Fin des articles