Secret d'Histoire #3 : la rue Sainte-Catherine

  • Loraine
  • Déco & Design
  • 09/01/2017
© Démodé photos/ Flikr

Référence des amoureux du shopping, la rue Sainte-Catherine a toujours été commerçante et animée. Entièrement piétonne depuis 1984, elle est foulée par près de 60 000 personnes chaque jour...

Galeries Lafayette, H&M, Zara... Les shopping addicts connaissent bien ces spots. Les agoraphobes aussi. Car s'il est un lieu à Bordeaux où il ne faut pas traîner en temps de soldes, c'est bien le haut de la rue Sainte-Catherine. Avec ses 1,250 km, elle est considérée comme la plus longue rue commerçante d'Europe. Rien que ça ! Située entre les places de la Comédie et de la Victoire, elle croise aussi la majorité des artères principales du centre-ville.

Des voitures rue Sainte-Catherine

Ce grand axe traversant accueillait des automobilistes il y a encore quelques décennies. Une époque où la cohabitation entre véhicules et promeneurs a parfois été difficile. Pour pallier ces sources de tension, la ville de Bordeaux lance une première phase de travaux en 1976. Une année plus tard, le haut de la rue devient piéton.

©La Mémoire de Bordeaux / Archives municipales

Il faudra cependant attendre 1984 pour que cette zone piétonne s'étende à la Victoire et au cours Victor Hugo. Avant de l'allonger, une question se pose : faut-il garder une voie automobile? Après de nombreux débats et un sondage auprès des commerçants, la question est tranchée. Le 18 décembre de cette même année, le maire, Jacques Chaban-Delmas, inaugure la rue désormais entièrement interdite aux voitures.

Sainte-Catherine se refait une dernière beauté, entre 2000 et 2003. Suite au projet de réaménagement de l'architecte et urbaniste Jean-Michel Wilmotte, les dallages sont remplacés, le mobilier urbain renouvelé.

Les passionnés de shopping peuvent aujourd'hui s'en donner à cœur joie dans les quelques 250 magasins que compte cette artère commerciale. Au nord se trouvent boutiques chics et grandes enseignes françaises et internationales. Les commerces indépendants et locaux ont quant à eux deserté. Et pour cause, les petits commerçants n'ont plus les moyens de payer les loyers demandés. Une petite fortune oscillant entre 3 000 et 20 000 euros pour un pas-de-porte, si l'on en croit le reportage réalisé par France 3 Aquitaine. Moins guindé, le bas de la rue, aux approches de la Victoire, est un haut lieu estudiantin, proximité des facs oblige !


Des milliers de visiteurs chaque jour

Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2007, la rue Sainte-Catherine est foulée par près de 60 000 visiteurs par jour. C'est presque un quart de la population bordelaise ! Si l'affluence est bien sûr plus forte pour les fêtes de fin d'année et en périodes de soldes, les deux braderies annuelles attirent aussi de nombreux promeneurs. Près de 700 commerçants locaux et ambulants s'y retrouvent alors afin de satisfaire la fièvre acheteuse des Bordelais.

Un ballet de piétons unique....