Pourquoi la tequila nous rend tous fou

Tiens tiens, bizarrement, l’apogée de la surexcitation te frappe systématiquement après les quelques shots de tequilla que tu t’es joyeusement enquillé. Et non, tu n’es pas le seul à qui ça arrive. Plus fort qu’un soir de pleine lune, la tequila rend dingue et c’est scientifiquement prouvé. 


De manière formelle, tous les alcools sont chimiquement similaires : ils sont fait d’éthanol. Aussi, la différence comportementale est difficile à interpréter sur cette seule base. Pourtant, différence il y a bien, et il semblerait qu’elle soit fortement liée aux attentes que l’on a avant de boire le soir.

En 2003, dans une étude publiée dans Psychological Science, les chercheurs ont réussi à faire agir leurs cobayes comme s’ils étaient bourrés en leur faisant croire qu’ils buvaient des vodkas tonic alors qu’ils ingéraient de la flotte. Une autre étude de 2012 corrobore les résultats de cette expérience un peu particulière.

En somme, le simple fait d’aller en soirée dans l’idée de mettre le feu aide à effectivement se retourner en même temps que la baraque. La tequila possède donc un effet placébo extrêmement puissant. L’effervescence du rituel des tequ' paf associée au fait de se dire que la tequila rend dingue, rend dingue. 

Enfin, lorsqu’on absorbe de l’alcool associé à du sucre, l’absorption moléculaire de l’éthanol se fait plus vite. On boit plus sans s’en rendre compte et la tequila, ça ne pardonne pas, effet placébo ou non.

Voilà donc pourquoi la tequila rend fou. Au même titre que le whisky énerve et que le vin rouge endort. Tout ça c’est dans ta tête.