La langue Dj pour les nuls

Ils se disent tous platinistes, dès lors qu’ils se mettent à baragouiner des trucs en acronymes, à trébucher sur des platines Technics et à porter de biais un casque audio d’une valeur de 350 euros. Décryptage d’un langage fait de termes techniques que personne ne comprend, même pas eux.


A


Ableton : Logiciel un peu compliqué dont seulement 25% des êtres humains savent se servir dans son intégralité.


B

Bassline : Boumboum en toile de fond.

Beat : En très raccourci, ce qui permet de donner un tempo.

Bootleg : Remix fait en scred sans autorisation et diffusé sur les internets dans l’espoir de devenir le David Guetta de l’an 2045.

BPM : Battement Par Minute en bon français, cette chose permet de définir la vitesse d’un son, son style, et d’alimenter des heures de casse-tête et de discussion chez ceux qui s’improvisent disc-jockey. 

Backstage : Là où tous les parasites de la nuit qui s’inventent une amitié avec le mec qui joue s’entassent en sous-pente.


C

Catering : Ce qui permet au Dj de s’alimenter et de boire au moins une fois dans la journée. 

Cover : Pochette d’album virtuelle, parce que c’est plus chic que de dire « pochette d’album virtuelle ».

Cocaïne : Lel.


D
 

DJ set : Prendre une clé usb, mettre des mp3 dessus, brancher cette clé usb sur une platine tout en faisant des mouvements de bras amples pour faire croire qu’on fait un live.

Drop : Moment trop super excitant d’un son.


E

Edit : Lifting d’un morceau parce que finalement, il était super pérave.

EDM : D'la merde mixée dans des films par des Zac Efron. 

EP : Acronyme d’Extended Play. Quand t’as pas assez de ressource pour faire un album mais que tu veux quand même faire croire que tu prod’ à max. On dit Maxi en français.


F

Fader : Boutons à glissière sur les tables de mixage qui permettent de régler le volume d’une voie. Invention que l’on pleure de ne pas pouvoir faire fonctionner sur certaines personnes en chair et en os. 


G

Guestlist : Moi + 22, cim’.  


L

Line-up : Listing de tous les alias vaseux que se sont auto-imposés les artistes qui jouent ce soir-là.

Live : Lorsqu’un Dj partage sa maîtrise de musicos en direct avec le public.

Loop : Une boucle sonore, tout simplement.


M

Mashup : Quand tu ne sais pas faire de choix et que tu n’es pas tellement créatif, alors tu bricoles un nouveau morceaux avec deux autres morceaux.

Montée : Pression au max sur le dancefloor, musicalement et chimiquement dans ta tête…



P

Podcast : Ce qu’on écoutait, fut un temps, en 2017.


R

Release : Terme bobo anglico-branché pour dire qu’un nouveau son vient d’être accouché.

Remix : Doit-on vraiment expliquer ce terme ?

Retour : Ce qui les rendra tous sourds à 35 ans.

Reverb : Echo lointain donnant une pseudo profondeur à un titre.

Rider : Exigences wtf du Dj que les boites doivent exaucer pour qu’il mixe dans de bonnes conditions. « Trois salamis, deux prostituées naines, un casque à paillettes jaunes et une serviette de bain svp… » 


S

Sample : Morceaux de morceaux pour constituer un morceau.  

Scratch : Fait de frotter son vinyle pour en tirer un certain bruitage.

Set : Synonyme de mix.

Snare : Son de caisse claire, si jamais quelqu’un sait ce qu’est une caisse claire.  


T

Table de mixage : Table de mixage.

Track : Un son, parce que c’est plus stylé que de dire « un son ».

Track ID : Véritable identité d’une musique non-identifiée, mal enregistrée sur une vidéo pixélisée, puis désespérément postée sur les internets afin de la retrouver.

Traktor : Logiciel qui a permis à des millions d’illustres anonymes de s’auto-proclamer Dj's.

Transition : Fait d’enchainer correctement deux sons l’un après l’autre sans faire perdre l’audition à la moitié de l’assistance.


W

Warm up : Début de soirée un peu bâtard où le Dj s’active seul devant trois clochards. Moment où tous les Dj's qui se la racontent refusent de jouer, du moins jusqu’à ce que vous les y retrouviez quand même par hasard, en fin de mois.