Les berges de la Garonne à nouveau fermées au public !

Quand on croit que c'est terminé ça recommence...

On vous a déjà sorti exactement le même article il y a pile un mois (c'était un 28 février donc oui, pile un mois) et le moins que l'on puisse dire c'est que votre serviteur ici présent n'était vraiment pas super satisfait de la situation.

Alors aucun intérêt de repartir sur un coup de gueule, aucun intérêt de s'exprimer à nouveau vertement quant au fait que les décisions se suivent, n'ont ni queue ni tête, mais ont pour la plupart pour point commun d'être totalement stupides.

Aucun intérêt non plus de se plaindre du gouvernement en place, de la municipalité, de certaines autorités sanitaires (oui, même elles sont critiquables, soyons honnêtes), aucun intérêt non plus de répéter à nouveau à quel point on a du mal à comprendre la tenue de l'accessibilité de certains lieux alors que ces derniers semblent bien plus propagateurs de virus que ne peuvent l'être des spots extérieurs...

Non, on ne se plaindra pas encore du fait de ne pas avoir le droit de profiter des rayons de soleil actuels qui semblent bien en place. Non, on ne dira pas que quelles que soient les décisions visant à nous empêcher de nous retrouver dehors avec des proches on saura trouver des solutions. On ne dira pas non plus que désormais une forme de désobéissance civile (tout de suite les grands mots...) semble inéluctable dans certaines situations.

Alors on n'encourage personne à faire quoi que ce soit ni même à braver les interdits, vraiment pas, ce n'est pas notre rôle. On se permet simplement de dire qu'il ne faudra pas jouer les surpris lorsque les gens feront preuve d'originalité pour malgré tout se voir et partager des moments. Car oui, c'est possible, même en respectant les gestes barrières, même sans faire de folie. 

Beaucoup vont profiter de terrasses privées, de jardins privées, le tout dans des lieux nettement plus exigus que ne peuvent l'être les berges de la Garonne ou la Prairie des Filtres, ces endroits visiblement maudits qu'il faut fermer à tout prix et dont on agite l'ouverture ou la fermeture comme des hochets devant des nouveaux-nés.

Car oui, à partir d'aujourd'hui et jusqu'au lundi 12 avril minimum, l'accès à la Daurade, à la Prairie des Filtres, au Quai de l'Exil Républicain et donc aux berges de manière générale est totalement condamné. 

On s'en doutait, mais c'est encore une fois une bien mauvaise nouvelle qui nous tombe dessus. Vivement demain matin, le métro, le boulot et le dodo, sans passer par la case potos ou apéro...

Fin des articles