Les 8 bienfaits de la procrastination

C'est la Journée Mondiale de la procrastination. Et comme on le sait tous, glander, c'est la vie. Pourtant, notre très chère procrastination est constamment stigmatisée et dévalorisée par les dictateurs de la sur-efficacité. Insupportable. Alors, une bonne fois pour toutes, rendons ses lettres de noblesse à l'art de la procrastination, et prouvons-en les bienfaits.

Alors que tous ceux qui repoussent tout au lendemain sont continuellement stigmatisés, vus comme des flemmards et des gens sur qui on ne peut pas compter, la procrastination est en réalité une activité très noble et pleine de bienfaits. En plus, il n'y a pas de honte à avoir, un Français passe en moyenne 1h15 au bureau sur Internet (à des fins personnelles), par jour, selon l'étude de Olféo. Les sites les plus consultés sont YouTube, Facebook et Wikipédia suivis de près par le Bon Coin, Amazon, et même Allociné. Alors, prenez le temps d'être peinards, c'est bon pour la santé !

Voici quelques arguments à donner à ton boss qui t'as pécho en train de trier tes mails de 2012 :


Ça permet de lutter contre le stress

Il est 16h, les collègues sont à bloc. Toi, t'as passé 3/4 d'heure à discuter avec Yvonne de la nouvelle machine à café et tu franchis le cap de la fin de journée comme Usain Bolt finit sa course : en toute sérénité. Tandis que les control freaks meurent lentement, toi, tu fleuris et tu recharges tes batteries !

proc© actualized.org


Ça aide à mieux dormir

La procrastination apprend à "lâcher prise", à se déconnecter un instant et à suivre une mono-tâche sans broncher. Ce sont des qualités nécessaires à l'endormissement. Donc, les victimes d'insomnie, faites-vous une petite cure de glande, à base réorganisation des icônes de votre bureau d'ordi, toutes les 54 minutes minimum.

procrastiner


Ça aide à se concentrer

Le fait de tout remettre au lendemain permet d'être plus vigilant. Une fois qu'on s'y met, on use notre concentration maximale, et tous nos petits neurones endormis sont subitement secoués comme des cocotiers, et ultra au taquet niveau idées et efficacité. Selon la Fondation Américaine du Sommeil, les employés fatigués sont moins productifs, et passer quelques heures à zoner sur des vidéos de chatons évite le burn out, ou le congé maladie prolongé.

concent


Ça rend plus humble

95% des gens avouent procrastiner, alors ça ne sert à rien de le cacher. Parler de son addiction pour les recettes vegan booste votre humilité, et vous rend tout simplement plus sympa.

procra


Ça aide à faire les bons choix

Selon Frank Partnoy de l'Université de San Diego (auteur du livre "Wait", un hommage à la procrastination), travailler dans l'urgence permet de faire des meilleurs choix. Apparemment, pendant la procrastination, notre cerveau se détache, rumine inconsciemment et écume toutes les possibilités. Ce qui fait qu'une fois dans l'action, on en vient à l'essentiel. Il n'y a qu'à regarder un bon MacGyver pour en être persuadé.

procra


Ça booste la créativité

Non seulement il faut être créatif pour savoir sur quoi glander, quelle musique écouter pendant la procrastination, mais en plus on se retrouve régulièrement à checker des websites arty. Résultat : on apprend comment recycler les vieilles caisses de pépé, on connait la filmographie de Mel Gibson par cœur...

Mirosstudio© theguardian.com


Ça fait du bien au corps

Notre body devient plus réceptif aux sensations agréables : le rayon de soleil qui grille notre nuque, la bille d'un stylo qui roule tout doux sur le papier, le bruit jouissif de la corbeille quand tu supprimes des docs de ton ordi, l'odeur du nouveau parfum de notre collègue Alexandre...  

vintage-salon-shot


Tout devient plus facile

Quand on reporte longtemps une tache super relou, le jour où il y en a une encore plus chiante, la première devient beaucoup moins difficile à surmonter.

procrastination© cosmopolitan.co.uk

Fin des articles

Paramètres des cookies