Manger en trop grande quantité, nouveau fléau écologique

L’obésité et le surpoids sont des problèmes de santé importants, mais ils impactent aussi lourdement la planète. C’est plus de 140 millions de tonnes de nourriture qui sont consommées en excès chaque année... une aberration.


Le gaspillage alimentaire est un fléau qu’il faut absolument stopper. 1,6 milliards de tonnes de nourriture sont jetées dans nos poubelles chaque année, soit un tiers de la nourriture produite d’après l’ONU pour l'alimentation et l'agriculture. Seulement, on ne met pas assez en avant un autre type de gaspillage, tout aussi néfaste pour la planète : la surconsommation alimentaire.

La revue Frontiers in Nutrion révèle qu’à elle seule, la surconsommation alimentaire représente 140 milliards de tonnes de nourriture, soit 100 fois plus que la nourriture jetée. C’est un problème majeur lorsque l’on sait que près de 820 millions de personnes souffraient de famine en 2018. En plus de ça, cette surconsommation alimentaire a un impact très négatif sur l’environnement.

En effet, les conséquences générées par la production de cette nourriture "inutile" sont majeures : 240 milliards de tonnes de CO2 produites, 343 millions de mètres cubes d’eau perdus, et 3 785 km2 de terres accaparés. Une autre conséquence de cette nourriture excédentaire est que pour lutter contre l’obésité et le surpoids, on aurait plus tendance à faire de l’exercice. En fait, nous prenons le problème à l’envers.

Au lieu d’adapter notre activité physique à ce que l’on mange, nous devrions tout simplement adapter notre alimentation à nos besoins physiques réels.

Fin des articles