Les fleurs de CBD désormais interdites à la vente en France

Vendredi 31 décembre, un arrêté annonçait l’interdiction de vendre ou de consommer des fleurs de CBD. Un coup de massue décidé par le gouvernement qui ne prend pas en compte l’importance du marché ni le potentiel de revenus engagés.

Coup dur pour l’industrie du CBD et tous ceux qui s’y étaient convertis pour se sevrer. Depuis quelques jours, les fleurs de cannabis chargé en CBD sont désormais interdites en France, à la vente comme à la consommation. Concrètement, il interdit « la vente aux consommateurs de fleurs ou de feuilles brutes sous toutes leurs formes, seules ou en mélange avec d’autres ingrédients, leur détention par les consommateurs et leur consommation. Les fleurs et feuilles ne peuvent être récoltées, importées ou utilisées que pour la production industrielle d’extraits de chanvre. Seuls des agriculteurs actifs au sens de la réglementation européenne et nationale en vigueur peuvent cultiver des fleurs et des feuilles de chanvre ».

Plus de cannabis à fumer dans les shops de CBD, donc, ni d’infusion. L’arrêté ne concerne pas les produits dérivés tels que les huiles, les crèmes, etc. La raison ? Des « motifs d’ordre et de santé publique », car les forces de l’ordre n’auraient aucun moyen de connaître la dose en THC de l’herbe saisie. Pourtant le test existe, notamment en Suisse, où elles peuvent reconnaitre le CBD légal et illégal en moins de deux minutes. Alors quoi ?

Un marché à un milliard d’euro

Deux pas en avant, trois pas en arrière. Une fois de plus, le gouvernement prouve qu’il n’a rien compris et passe à côté d’un beau pactole puisque le marché du chanvre correspond à un milliard d’euro. 2000 boutiques de CBD en France qui se retrouvent à diviser par deux leur chiffre d’affaires, et qui donc se retrouvent possiblement sur le carreau, ça fait mal. Du côté de l’Etat aussi, la perte est conséquente puisqu’on tire un trait sur les taxes qui peuvent atteindre 50% sur les plantes à fumer.

Enfin, ne vaut-il mieux pas avoir la main mise sur le marché en pleine expansion et permettre à chacun de se sevrer avec du CBD plutôt que de rendre toutes les fleurs illégales, lorsqu’on sait que l’illégalité ne fait pas baisser la consommation mais augmente les fraudes et le trafic ?

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par ?Arpa CBD? (@arpa_cbd)

Fin des articles