Daryus, l’outil collaboratif qui rend les autres plateformes obsolètes

  • La Rédac'
  • Tech
  • Publié le 7 Octobre 2020 à 16h33

Que celui qui n’a jamais cru se transformer en statue en attendant la fin d’un chargement WeTransfer me flagelle avec son câble USB. Nous sommes en 2020, et les interfaces de partage de contenu sont toujours désespérément lentes, dysfonctionnelles et tout sauf intuitives dans leur mode d’utilisation. Toutes, sauf une. 

Lancée en 2019, Daryus est une plateforme de partage de contenu collaborative à la fois design, à la pointe et évidemment ultra-opérationnelle. Derrière ce bolide technologique, on trouve un tandem mère-fille, qui viennent pour l’une de la tech, l’autre de la publicité. Giulia, la fille, nous a expliqué la genèse de ce projet.

Alors qu’elle travaille pendant six ans dans une grosse agence de publicité, Giulia décèle un point commun aux problèmes opérationnels qui surgissent régulièrement : les outils de collaboration. « On perdait beaucoup de temps sur des tâches sans valeur comme l’échange d’éléments avec nos clients. D’un côté comme de l’autre, préparer le dossier, le charger, l’envoyer, le vérifier, le compléter…faisait perdre un temps précieux. Et si mon agence était plutôt bien équipée, côté marques c’était une autre affaire. Pour certains, il était plus facile de trouver leur dernier logo sur Google plutôt que dans leur intranet ou leur serveur... Sauf que sur Google c’est rarement la version HD dont on a besoin pour travailler…», se souvient-elle. 

Giulia et Isabelle ont donc créé Daryus, un outil collaboratif et sur-mesure pour que les marques stockent et gèrent leurs contenus, à partager en interne ou avec leurs prestataires, aux antipodes des outils impersonnels ou peu ergonomiques « pensés par des techniciens mais rarement par des designers ». « On est hyper fières de pouvoir dire que même nos clients pas vraiment digital natives l’utilisent très facilement, tout comme les stagiaires qui viennent d’arriver dans les entreprises et à qui on demande d’être opérationnels rapidement. On a poussé ce parti-pris du design à l'extrême, en proposant un front personnalisé : l’entreprise peut intégrer toute sa structure, son organisation, sa charte graphique, son vocabulaire. Et avoir le nombre de groupes de profils qu’elle souhaite également. Par exemple un groupe marketing, un groupe produit, un groupe agence, un groupe RP, un groupe distributeurs…et chaque groupe aura accès à ses propres contenus, on est pour l’efficacité d’utilisation et contre la pollution d’informations." explique Giulia.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Daryus (@daryus.fr) le


Un service sur-mesure, Made In France

Et à plateforme sur-mesure, service sur-mesure : un chef de projet est dédié à chaque client de Daryus pour suivre la bonne appropriation de l’outil et accompagner l’entreprise dans sa transformation numérique. « D’ailleurs les nouvelles fonctionnalités viennent souvent de nos clients, qui nous font des retours et nous permettent d’évoluer », note Giulia, qui accorde beaucoup d’importance au contact avec les utilisateurs de la plateforme. « Sur la plateforme Monoprix par exemple il y a plus de 380 collaborateurs (équipes internes et agences) accrédités, et nous avons régulièrement des reportings et des remontées pour continuer à améliorer l’utilisation de l’outil et répondre aux besoins quotidiens des utilisateurs. »

Daryus, en bref, c'est un projet qui facilite de manière significative le travail à distance et dont, comme elles le disent, « chacun aura son usage de la plateforme mais tous sauront trouver ce qu’ils recherchent, et en moins de trois clics. ». Si le projet est soutenu par des business angels masculins, dont Pierre Kosciusko-Morizet, Daryus est un bel exemple de l'entreprenariat français féminin et intergénérationnel.

Fin des articles