Logiquimperturbabledufou, une pièce surprenante à découvrir au Théâtre du Rond-Point

© Vincent Bérenger

Tout commence par l’histoire d’un pyjama enfilé sur un pantalon… Les quatre personnages évoluent dans les couloirs d’un hôpital psychiatrique, changent, se changent, sont tantôt patients, tantôt médecins ou infirmiers. Parfois ils dansent, font des acrobaties ou chantent. Ils nous plongent dans le monde tumultueux des névroses pour composer un véritable chant d’amour. Bref, c’est une histoire de fous.

Au théâtre, les fous et les rois se côtoient et partagent la même vision de l’humanité. Quatre personnages coiffés d’oreilles de lapin, de bonnets chargés de grelots, d’entonnoirs, de couronnes et habillés de blouses blanches évoluent dans l’espace vide du plateau, évoquant les libres moments de l’enfance où tout n’est que jeu. Chacun a sa raison, sa logique imperturbable. Des portes et des fenêtres, des murs partout : ce sont les frontières qui séparent les fous des tarés, les cons des salauds, les poètes des méchants.

©Vincent Bérenger

Logiquimperturbabledufou voit défiler des portraits de schizophrènes, bipolaires, paranoïaques et paumés en tous genres, voyous et génies, entourés des rêves de lapins roses dans l’enfer des médecins dépassés. Zabou Breitman s’est ici librement inspirée d’œuvres de Tchekhov, Shakespeare, Racine, Kafka, Lewis Carroll, Gogol, de quelques mots de l’humoriste Zouc, de textes authentiques de réunions de spécialistes de l’hôpital psychiatrique Sainte-Anne et d’elle-même pour créer une pièce à la fois terriblement drôle et légèrement inquiétante, tant la logique imperturbable du fou semble atteindre les patients comme les soignants. À l’image de ces histoires entendues ici et là, le spectacle va d’une anecdote à l’autre jusqu’à ce que surgisse un ton de décalage généralisé, ordinaire ou pathologique. Puisqu’au fond, les frontières ne sont pas si nettes entre soignants et malades.


©Vincent Bérenger

Dans cette cage aux fous, où le texte et la mise en scène jouent de cette frontière ténue entre génie et folie, Zabou Breitman nous parle finalement de cette magie fragile et surréaliste qu’est l’être humain. Parce qu’au fond, qui est vraiment malade dans cet hôpital psychiatrique ? Les patients ou les soignants ?

Une pièce surprenante à découvrir de toute urgence !


Logiquimperturbabledufou

Théâtre du Rond-Point
2 bis, avenue Franklin-Delano-Roosevelt – 8e
Du 9 mai au 2 juin 2019
Plus d'infos

Fin des articles