Les étoiles de notre ciel : récits d’enfants en temps de guerre

Les étoiles de notre ciel recueille les paroles d’enfants ayant vécu la guerre. C’est un réel travail de mémoire qui prend vie sur les planches du Théâtre du Soleil. À la limite du travail de l'historien, vous revivrez ces parcours de vie atypiques qui nous rappellent les horreurs qui ont été commises ces dernières décennies.

Cette pièce est adaptée du recueil Paroles d’enfants, de Zlata Filipovic et Mélanie Chalenger, paru en 2006 et qui réunit 14 journaux de jeunes gens âgés de 13 à 20 ans dont la vie a été touchée par les violences du XXe siècle et des premières années du XXIe siècle. Mais aussi de l’ouvrage Derniers Témoins de l’écrivain et journaliste biélorusse Svetlana Alexievitch sorti en 2005, qui présente des récits de personnes qui, enfants, ont vécu la Deuxième Guerre mondiale.


La naissance du projet

Flavia Lorenzi, la metteuse en scène, explique sa démarche. Après s’être plongée dans le monde de la mémoire politique et historique au travers de récits intimes et poétiques, elle découvre Paroles d’enfants et Derniers Témoins. C’est leur intimité et leur familiarité qui ont attiré son attention. De là est née l’envie, presque le besoin de partager ces histoires, ces vies, et ce dont elles témoignent. Elle décide donc d’amener l’idée à la Compagnie BrutaFlor. Plein de questions traversent son esprit : comment raconter une guerre qu’on n’a pas vécu, comment créer une pièce à partir de ces récits ? Mais aussi le désir de raconter, de transmettre ces récits qui un jour ont servi d’échappatoire à ceux qui les ont dits. Faire entendre, faire sortir du passé des histoires, « chanter leurs chants, leurs lamentations, leurs épiphanies », explique Flavia Lorenzi.


Vivre la guerre à travers le regard des enfants

La jeunesse est au centre du travail des auteurs, non seulement par le sujet mais aussi par l’envie de toucher un jeune public. Faire connaître, transmettre ces morceaux d’Histoire a une jeune génération dont le regard et les réflexions sur le monde sont encore en formation. L’idée est de transmettre la réalité de la guerre autrement qu’à travers les médias dont les informations sont souvent biaisées, ne révèlent pas de l’intime et s’attardent sur des chiffres, des stratégies, sur des images chocantes mais pas sur les histoires de vie. Présenter un théâtre sensible et formateur aux yeux de la jeunesse actuelle, c’est l’ambition des auteurs. Une autre manière de perpétuer la mémoire de ceux qui ont vécu la guerre, un autre regard sur les conflits et les dommages qu’ils causent à travers le théâtre.

Les étoiles de notre ciel, c'est quatre acteurs qui racontent quinze extraits de récit, Bruno Stierli, Camille Duquesne, Enora Henry et Maïe Degove. Des longs, des courts, mais toujours avec cette sensibilité et ce souhait de rendre justice aux jeunes gens meurtris par la guerre. Une pièce dans l’air du temps, un travail sur la mémoire qui nous rappelle que personne n’est à l’abri de la guerre.

« Les guerres arrivent à des gens come nous – des gens avec des espoirs, des désirs et des problèmes, quels que soient l’époque et le lieu –, des gens comme nous tous. » Zlata Filipovic.


Les étoiles de notre ciel

Théâtre du Soleil
2, route du Champ-de-Manœuvre – 12e
Du 11 au 27 janvier
De 12 à 18€