Diva's Kabaret, un cabaret transformiste au coeur de la capitale

© Nais Bessaih

Loin, très loin des clichés dont raffolent les touristes venus pour le folklore local, on a découvert Diva's Kabaret, un cabaret transformiste niché dans une cave voûtée du 13e siècle où tous les week-ends se joue un show insolite dans une ambiance intimiste. On vous emmène en visite ?

D'abord, le casting : En première ligne, la cynique Martine Superstar, toute de noire et blanc vêtue assure l'ambiance et mitraille le public et les artistes de répliques foudroyantes bourrées d'humour. Entre ensuite en scène Ladiva Live, un personnage créé à Bruxelles pour rendre hommage à différentes divas internationales : c'est elle qui fait le lien entre les différentes personnalités. Puis entre Lara FullCamp, personnage burlesque né au Cancan, un petit bar gay bruxellois.

Un.e à un.e, viennent les artistes qui foulent la scène du Diva's à l'occasion telles que Lulu Bell, star des années 80 avec son boa et ses plumes, Edgar Falzar, clown burlesque ou Sweetie Bonbon, pianiste drag au maquillage bluffant et aux mains de maîtresse, domptant le piano avec adresse et faisant virevolter les cordes vocales du public. On se marre, on chante, on révise ses classiques et on en découvre de nouveaux. 

Si le spectacle commence à 21h30, le mieux est d'arriver aux alentours de 20 heures pour profiter du lieu et s'imprégner de l'ambiance qui règne... On s'attable autour d'une planche, de fromages, de charcuteries, ou de mignardises sucrées. Les vegans seront ravis d'apprendre que le Diva's Kabaret propose une planche avec les meilleurs falafels de la rue des Rosiers -of course- accompagnés de ses légumes oubliés et sa sauce végétale ciboulette fraîche. On arrose le tout d'un verre de vin, de champagne ou d'un cocktail. 

"T'es hétérosexuel minou ? T'inquiète, on accepte les minorités ici" châtie laDiva Live, serpantant gracieusement entre habitués et touristes et interpellant le public hilare. Tandis que certains chantent (ou crient) les classiques, d'autres déclarent leur flamme à l'une des divas présentes ce soir. Les bulles de champagne pétillent à l'instar des yeux de ladiva Live, qui chante les premières notes de "What a wonderful world" dans sa robe émeraude. On la rencontre à l'entracte, dans sa loge : "Je chante à des prides au Canada, en Angleterre depuis des années, nous explique-t-elle. Il y a un mois, Christophe m'a proposé de m'associer à ce cabaret, ça faisait très longtemps que je cherchais un lieu. Et là l'occasion a fait le larron, l'endroit est fabuleux, c'est un peu notre bébé à Christophe et moi. Le plus du cabaret, c'est que c'est plus vivant, on voit les gens, on réagit par rapport à son public. Comme j'ai la chance de chanter je peux changer les chansons et m'adapter en fonction des goûts des gens. Dans le cabaret, 50% du show, ce sont les gens. L'énergie que les gens donnent, parfois j'arrive dans un cabaret fatiguée, sans voix après avoir chanté la veille. Puis j'arrive sur scène, c'est incroyable je ne saurais pas comment décrire ce phénomène, les gens me donnent une énergie, me font évoluer.

Ouvert en octobre dernier, le Diva's Kabaret est déjà ultra-prisé pour son spectacle immersif, salle intime et cosy où le temps s'arrête dans cette voûte où la morosité s'est fait la malle avec le réseau. "Quand j'ai créé mon personnage, j'avais peur de rentrer dans une boîte. Les gens aiment bien les boîtes : gay, trans, bi, transformiste... A travers cet art-là, j'arrive à transcender ça. Ce soir, il y a des gens de toutes les orientations sexuelles, on s'en fout. Ce que les gens voient, c'est le côté artistique, ils se foutent de ce que sont les gens, tout ce qui compte c'est le moment qu'on passe, c'est le vrai cadeau du cabaret." ajoute Ladiva Live avec émotion. 

On ne vous en dit pas plus, ce serait dommage de vous raconter tout le spectacle. Ce que l'on peut vous dire c'est que ce cabaret intimiste, avec ses fauteuils rouge cinéma, ses voix enivrantes et son atmosphère à la fois cosy et chaleureuse, le Diva's Kabaret a tout pour s'imposer comme haut-lieu du show parisien. 

Diva's Kabaret
33 Rue des Rosiers - 4e
Une soirée (verre d'alcool inclus) - 30 euros

Fin des articles