Typologie des mecs rencontrés dans les bars

  • Cha
  • Société
  • 02/02/2016

Vendredi soir, envie de se vider la tête après une semaine bien chargée. La tentation est grande d’aller explorer la ville mais l’on finit inévitablement dans son bar préféré. Focus sur quelques énergumènes qui rôdent dans notre QG une fois la nuit tombée et qui surgissent tels des maestros de la drague avec une technique d’approche plus ou moins laborieuse.

Le casse-couille

L’œil luisant, le ventre bedonnant, ce pilier de comptoir enchaîne pinte sur pinte avec ses potes guère moins reluisants. Lourdingue, il se retourne pour la 50e fois dans votre direction en riant grassement. Ce mec qui passe sa vie en marcel porte ici son faux t-shirt Gucci lorsqu’il est de sortie et se prend pour Matt Pokora un soir d’Olympia. Vague impression de l’avoir croisé sur Badoo, un soir de déchéance en vacances. Vous priez pour qu’il zieute plutôt Cindy, votre copine bonasse, plutôt que vous, le raffinement incarné. Joie et désespoir, vous avez belle et bien une touche ce soir. Dario vous coince aux p’tits coins lorsque vous sortez des cabinets et tente avec classe une approche de loup esseulé. Si vous le suivez par erreur jusqu’au comptoir, il ne vous proposera pas à boire mais des cacahuètes. Parce qu’il est à sec.

12648178_10153970678746834_1797381520_n

Sa phrase d’accroche : C’est pas du jasmin ton parfum ? (Aux chiottes, c’est charmant…)

Où le croiser : Partout, tout le temps

Le minet

Androgyne, moulé dans son petit slim, ce mec au look BCGB étudié et à la mèche qui défie les lois de la gravité est encore plus apprêté que pour un rallye. Une remarque désagréable sur son look propret et son polo rose rayé Eden Park et monsieur prend la mouche : on a le style ou on ne l’a pas, si t’apprécies pas on n’est pas dans la même sphère meuf désolé... Parfois il tente des audaces vestimentaires et joue au rebelle en gueulant sur du AC/DC, mais il est plus du genre à jouer au golf le week-end qu’à aller descendre une cascade en rappel. Superficiel, ce mec swipe des nanas à la pelle sur Tinder, attendant qu'elles viennent lui parler en premier. Un peu snob, il reluque l’assemblée d’un air suffisant et ne daigne pas nous adresser un regard, sauf s’il a un service à demander. Comme une clope, dehors, un peu penaud de cet échange sans saveur. Il a lu dans "GQ" que paraître inaccessible rendait folle les filles et applique cette méthode avec le plus grand sarcasme.

12669932_10153970678751834_2030957845_o

Sa phrase type : Tu connais un endroit où je peux me trouver des Gauloises (les clopes d’Orson Wells siouplaît) à Paname ?

Où le croiser : le Sherry Butt

Plus de mecs en page 2

Fin des articles