Quand la police nationale célèbre les hommes pour la journée du droit des femmes

Le top des faux pas du 8 mars.

Pour la journée internationale des droits de la femme, des démarches super engagées et cools ont vu le jour. D’un autre côté, certains ne cessent d’être à côté de la plaque. Voici le top des faux pas du 8 mars que nos tweetos n’ont pas manqué de relever.

1. Quand la police nationale célèbre les hommes

Sur twitter, la police nationale du Puy-de-Dôme a fait polémique. Quoi de mieux pour la journée internationale des droits de la femme que de célébrér de grandes figures masculines ? Jules Ferry, Jean Jaurès ou encore Charles De Gaulle… Ça passe moyen pour nos tweetos réactifs. A la suite de ce gros bad buzz, le post à été supprimé. Au moins le message est passé !

2. Quand le gouvernement prend des hommes pour parler des hommes

Le Gouvernement s’y met à son tour sur Twitter. Pour le 8 mars, une campagne pédagogique est publiée avec des hommes qui parlent aux hommes. #NeLaisseRienPasser, c’était le message de cette campagne, qui donne la parole à Théo Curin, Ouissem Belgacem ou encore Kylian Mbappé. Une bonne idée dans le fond, mais peut-être formulée de manière maladroite. Les avis sont mitigés…

3. Quand Zemmour défend les droits des femmes

« Mesdames, merci pour votre présence dans la Reconquête ! » Ce sont les mots de Zemmour en ce 8 mars. Sur Twitter, il ne se lasse pas d'être le « défenseur » des femmes parmi les candidats à l’élection présidentielle. Pas très pertinent après les révélations de Médiapart… Huit femmes accusent Eric Zemmour de violences sexuelles. Sur Twitter, le hashtag #mizogynie a fait le tour. Quel bon timing !

4. Quand on souhaite une bonne journée de la femme

Et oui, si vous souhaitez une « bonne journée de la femme », on va surement vous répondre que vous êtes un peu à côté de la plaque. Le 8 mars, on célèbre la journée internationale des droits de la femme, et c’est ce que défend la Grève féministe. La recherche d’une société plus égalitaire et à l’écoute : c’est ça le 8 mars.

Fin des articles