Pourquoi les femmes complexent-elles à l’approche de l’été ?

© Rawpixel.com - shutterstock

L’approche de l’été fait ressortir les complexes des uns et des autres, et surtout, nous pousse bêtement à modifier notre mode de vie. Si tout le monde est concerné, les femmes sont plus touchées, avec le phénomène du "bikini body". Mais pourquoi ?


Logique pour certains, idiot pour d’autres, le résultat est pourtant bien là. L’IFOP a mené l’enquête sur plus de 1000 personnes, et 11 % des femmes ne sont pas du tout satisfaites de leur corps, contre seulement 7 % des hommes. Si on regarde l’extrême opposé, 12 % d’entre eux sont très satisfaits de leur physique, contre seulement 6 % des femmes.

Et là où ça se gâte, c’est quand le soleil et l’été approchent à grands pas. 43 % des hommes changent leur alimentation pour se préparer physiquement pour l’été, 51 % des femmes vont également modifier leur alimentation pour atteindre l’objectif du fameux "summer body". Le sport allant avec l’alimentation, 26 % des femmes font du sport pour mincir contre seulement 17 % des hommes.

Si l’écart entre les hommes et les femmes n’est pas immense, il est néanmoins symptomatique de notre société. Les causes sont multiples ; on peut commencer par accuser le patriarcat, qui a longtemps fait peser une pression sociale et esthétique sur les épaules des femmes, mais on ne peut pas se limiter à cette seule raison quelque peu dépassée.

Aujourd’hui c’est une toute autre histoire qui nous est contée par les réseaux sociaux. Les fameux hashtag comme #bikinybody #summerbody et bien d’autres, véhiculent certes de la motivation, mais ils prônent le corps parfait. Le corps idéal est alors décrit et présenté comme un corps mince, avec de belles formes à des endroits bien précis, musclé, mais pas trop. Un peu bronzé, lisse, sans aucune cicatrice. C’est une pression plus nuancée et plus discrète, mais qui trotte dans la tête de milliers de femmes.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Kylie (@kyliejenner) le

Le truc, c’est que cette uniformisation du corps parfait doit cesser. Le bien-être passe par un physique en bonne santé, mais aussi par un esprit sain. Si on continue de culpabiliser les femmes parce qu’elles ont des formes, un peu de cellulite ou des vergetures, elles ne pourront jamais atteindre l’épanouissement nécessaire à un vrai bien-être, et tout simplement kiffer la vie. On n’est pas sans savoir que certaines maladies graves, telles que les troubles du comportement alimentaire ou même la dépression, sont déclenchées par la pression du physique parfait qui pèse sur leurs épaules. Un "petit problème" à l’issue parfois grave.

S’émanciper de cette pression n’est pas facile, mais est de plus en plus encouragé. Les marques de prêt-à-porter très populaires auprès des jeunes filles ont pour nouvelles égéries des femmes rayonnantes, qui prônent le body positive et surtout ne rentrent pas dans un moule. Le message est simple, peu importe la forme de votre corps, vous n’en avez qu’un et il est beau. Les réseaux sociaux fonctionnent à deux vitesses aujourd’hui, le hashtag #bodypositive s’opposant judicieusement au #summerbody.

L’avenir promet de belles choses, une décomplexion totale des hommes et des femmes vis-à-vis de leur corps, pour peut-être un jour que le "bikini body" ne soit plus jamais un souci.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par #OnVeutDuVrai (@onveutduvrai) le

Fin des articles