Parler avec des inconnus nous ferait du bien

  • Agathe Rey
  • Société
  • Publié le 14 Juin 2019 à 17h17
© Thomas La Mela - Shutterstock

On croise des milliers de personnes tous les jours, dans la rue, au supermarché, dans le métro mais on ne prend jamais le temps d’esquisser un sourire ou de dire un simple bonjour.


Et pourtant, il paraît que ça nous ferait le plus grand bien. Lorsque des psychologues américains ont fait une étude en 2014, une question s’est posée : sommes-nous vraiment mieux seuls ? Les personnes interrogées ont évoqué le fait de ne pas avoir envie de déranger les inconnus. Pourtant, une discussion inopinée avec un passant ne laisserait quasiment que des bons souvenirs. Les psychologues émettent l’hypothèse que ce sont les préjugés qui nous bloquent.

Parler à un inconnu, oui, mais de quoi ? Peu importe, de la météo par exemple, du moment que l’on signifie à l’autre personne qu’on la voit et qu’elle existe pour nous. Il s’agit de briser cette "inattention civile" et d'appréhender le monde dans lequel nous vivons. En fait, parler aux gens dans la rue nous ferait du bien, tout simplement parce que ça brise la routine qui fixe nos yeux à notre téléphone et nos oreilles à notre musique. Un sourire ou un bonjour, il n’en faut parfois pas plus pour ensoleiller la journée de quelqu’un.

Fin des articles