Paris, Nantes, Lille... Des femmes à la tête de la moitié des 10 plus grandes villes de France

Nais Bessaih

C'est une première dans la Cinquième République : sur les dix plus grandes villes de France, cinq sont dirigées par des femmes issues majoritairement de la gauche. C'est pas trop tôt.

Mise à jour du 2 juillet 2020 : Martine Vassal, candidate LR à la mairie de Marseille, se retire de la course : son parti présentera le député Guy Tessier

Les élections municipales 2020 ont été marquées par un premier tour hésitant à la veille du confinement et un second tour marqué par une abstention au niveau national à 59%*. A Paris, le record historique de la plus forte abstention a été établi, avec seulement 36,68% de votant.e.s.

Une vague écologique et féminine

Historique également, la vague écologique qui a déferlé sur plusieurs grandes villes de France : Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Besançon, Annecy et Tours ont viré au vert ce dimanche 28 juin. Les grands perdants de la soirée, ce sont les candidats de La République En Marche (LRM), dont la candidate et ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn ne siègera même pas au Conseil de Paris, ayant seulement récolté 14,87 % des voix. 

Un tournant écologique, donc, mais aussi féminin : pour la première fois dans la Cinquième République, la moitié des dix plus grandes villes de France ont élu une femme maire. A Paris, la maire sortante Anne Hidalgo (PS) a été réélue à 48.7%, à Marseille Michèle Rubirola (Union de la Gauche) prend le siège de Jean-Claude Gaudin (LR), à Nantes Johanna Rolland (PS) rempile pour un deuxième mandat, à Strasbourg Jeanne Barseghian succède à Roland Ries (tous deux PS) et Martine Aubry (PS) remporte un quatrième mandat. Une ascension fulgurante et représentative lorsque l'on compare au niveau national : selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, au 1er janvier 2019, moins de deux maires sur 10 en France était une femme. 

Pour en savoir plus sur ce à quoi ressemblera Paris en 2025, allez donc jeter un oeil à cet article détaillant les mesures que souhaite prendre Anne Hidalgo au cours de son prochain mandat. Et on ne peut s'empêcher d'avoir une pensée pour tous les masculinistes qui nous lisent et s'insurgent, n'hésitez pas à laisser un petit commentaire sur notre page Facebook, on adore vous lire également ! 

* Selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et les chaînes parlementaires.

Fin des articles