@NoMakeUpMouvement : l'insta qui lutte contre le carcan du maquillage

© Insight Media

Mascara, fond de teint, blush, eyeliner, rouge à lèvres, vernis, anti-cernes, highlighter... et j'en passe car la liste est longue. Déjà, ça fait mal à notre porte-monnaie. Ensuite, ça fait mal aux pores de notre peau. Enfin, ça fait mal à la planète. En bref, le make-up c'est de la merde.


Et pourtant, nous autres, femmes modernes et libres du XXIe siècle, sommes carrément dépendantes de tous ces produits, la plupart du temps chimiques, pour nous sentir belles. Eh bien ce compte Instagram a décidé de déconstruire cette institution inutile du maquillage et il est à suivre sans se poser de questions.

« Survivre aux injonctions à être glamour. S’aimer sans gloss ni blush. Témoignages de femmes qui s’interrogent » : voilà l'introduction de ce nouveau compte Instagram, lancé par la journaliste Haciba Meïra. Dedans, des confessions bouleversantes de jeunes femmes expliquant leur rapport compliqué au make-up, leur sensation de dépendance face à cela, et leur mal-être par extension.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par MOUVEMENT NO MAKE-UP (@nomakeupmouvement) le

Haciba nous pousse à la réflexion, et démontre à quel point nous sommes esclaves du regard des autres. Oui, car on se maquille pour plaire à l'autre, dans une société qui nous fait croire qu'être parfaite va de pair avec être superficielle. Ce témoignage d'une jeune femme le prouve, et Haciba s'exprime sur celui-ci : « Témoignage d’une jeune femme qui illustre l’influence du regard des autres dans la perception que l’on a de soi-même. Pour elle, l’injonction à se maquiller est passée par un copain très porté sur l’apparence, qui a projeté ses complexes sur elle. Dans le domaine amoureux, ce type d’injonction est très puissant car on veut être aimé de la personne que l’on aime, et on est plus sensible à ses critiques. Ce jeune homme était obsédé par sa propre apparence mais aussi par celle de sa copine, qu’il se sentait légitime à critiquer (sexisme, sentiment de possession, bonjour) jusqu’à la faire se sentir complexée elle aussi. Puis on a la question du regard des autres aussi à travers les remarques du genre “t’es malade ?” de collègues quand on est pas maquillées, question à laquelle personnellement je réponds systématiquement “non je suis juste pas maquillée” *gênance* ».

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par MOUVEMENT NO MAKE-UP (@nomakeupmouvement) le

Ce compte instagram a le mérite de soulever des questions et des problèmes de société, puisque le maquillage est devenu une véritable institution dans le monde occidental, et même plus largement. Une injonction au maquillage que l'on subit chaque jour, dans un monde où l'on voit systématiquement des images de femmes maquillées, que nous prenons souvent comme modèles. C'est pourquoi il nous semble souvent inconcevable de sortir démaquillées : « Je n’osais plus sortir non maquillée même lorsque j’étais seule ou même pour sortir mes poubelles ou récupérer mon courrier. J’avais peur de croiser qui que ce soit, un voisin… Que l’on pense que je suis moche ! Ou négligée ! », peut-on lire sur @NoMakeUpMouvement.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par MOUVEMENT NO MAKE-UP (@nomakeupmouvement) le

Des témoignages choquants, et à prendre aux sérieux. Comme le dit la sociologue anglo-américaine Gail Dines : « Si les femmes se levaient le matin et décidaient qu'elles aimaient leur corps, imaginez le nombre d'industries qui s'écrouleraient ».

Fin des articles