Charles Jameson, coup de cœur pour ce nouveau personnage de la folk indé

© Artwork : MacShift

Charles Jameson: un personnage fantasque, mystérieux, dont la légende mi-new yorkaise, mi-mystique, nous amuse autant qu’elle nous séduit. Et son premier album de folk indé tout en piano-voix est une véritable pépite. Gros coup de cœur en perspective !


Charles Jameson c’est avant tout un personnage énigmatique. Poète fantasque dont on sait assez peu de choses si ce n’est qu’il écrit sur tout ce qu’il touche: les murs, une nappe, entre les pages blanches d’un livre... Il a 23 ans lorsqu’il compose ses premières chansons et sa légende veut qu’il se soit ensuite retiré durant plusieurs années dans un monastère au Canada pour vivre une expérience mystique... Réelle ou fantasmée? Mystère. Ce qui n’en fait aucun, c’est qu’il voue un véritable amour à Paris où il pose régulièrement ses valises sous les toits pour y vivre la Bohème. Pour autant, c’est à New York, à son retour de retraite spirituelle, qu’il compose en un mois à peine les 15 chansons de Modern Leader.

Un album à l’univers singulier, à la fois tendre et exalté, innocent et mystérieux. Tour à tour aupiano et au Fender Rhodes, accompagné d’un saxophone ou d’une voix angélique, ses arrangements dépouillés forment un écrin parfait pour mettre en avant son grain de voix particulier et son phrasé original. A écouter absolument ? Haven’t Moved Around, sans doute le titre le plus personnel de l’album.

Haven’t Moved Around :

Un magnifique poème, une ode sensible à sa quête d’un chemin de vie, plus beau, plus lumineux, plus humble et dont la construction mélodique, tout en accords au piano, sonne comme un lieder Allemand du 21e siècle. Une posture à la fois innocente et provocatrice, puisque le lieder, ballade en français, est une forme empruntée à l’univers classique qui a sciemment été transformé ici en Modern Leader pour donner le titre de l’album.

Highway 64:

Ne passez pas non plus à côté de Highway 64, le titre qui ouvre l’album, Polyamour, hymne joyeux aux Jules et Jim des temps modernes, ou encore de l’excellent Magic Words, diffusé en ce moment sur FIP.

Polyamour :

Un concert à Paris est prévu à la rentrée mais la date n’a pas encore été fixée... On reste à l’écoute!

Facebook
Pour chopper l’album:
Sur toutes les plateformes streaming
En physique
A partir du 14 juin

La rédaction

Fin des articles