Tout ce qui va disparaître à partir de 2017

© @babouo_o

Ça m’est tombé dessus comme la fin du monde : les cotons tiges vont disparaître. Oui madame. Pire encore : ils seront accompagnés dans leur chute par une ribambelle de madeleines de Proust. Préparez-vous mentalement, la liste est douloureuse...

Les cotons tiges

Je vous l’annonçais quelques lignes plus haut, et je le répète ici : la France va interdire les cotons tiges. Oui, vraiment. Cette décision prise par le Parlement entre dans le cadre de la loi Biodiversité, adoptée le 20 juillet 2016. L’objectif : éliminer l’un des plus gros déchets qui envahit nos plages et nos océans. Si la décision est ferme, elle sera malgré tout appliquée progressivement.

Les commerçants devront retirer les petits bâtonnets en plastique de leurs rayons petit à petit, pour une suppression définitive au 1er janvier 2020.

Mais alors comment va-t-on faire sans nos petites boules de coton préférées ? Et bien c’est peut-être le moment de passer au spray auriculaire... Ou pour les irréductibles, de sauter sur les bâtonnets biodégradables déjà commercialisés par certains fabricants. Ouf !

 

Les billets de 500€

Autre choc, autre deuil, ils vont me manquer… Non, je plaisante évidemment ! Qui utilise ces billets à part les touristes qui ont décidé de terroriser nos pauvres caissières et les criminels qui n’ont pas de temps à perdre en petites coupures ? Personne. D’où le problème de la BCE.

Pour limiter le financement d’activités criminelles et terroristes, elle a décidé depuis mai de ne plus émettre de billet violet dès fin 2018 (au moment de la mise en circulation de nouvelles coupures de 100 et 200€).

Les billets déjà utilisés sur le marché garderont bien sûr toute leur valeur, jusqu’à ce qu’ils soient retournés à la banque et disparaissent à jamais. Sèche tes larmes Booba, ça va aller.

 

Les magnétoscopes

Là pour le coup, on est vraiment dans la madeleine de Proust. Mais il fallait bien se rendre à l’évidence : depuis la mort de Mufasa, on n’avait plus les mêmes relations… Après 60 ans de bons et loyaux services, le lecteur cassette de notre enfance raccroche donc les bobines. Le tout dernier aura été fabriqué en août dernier par le japonais Funai, un peu en perte de vitesse niveau chiffre d’affaire depuis quelques… décennies. N’oubliez pas de transférer vos vieux enregistrements de famille sur CD-Rom ! Hahaha.

Une photo publiée par Babou (@babouo_o) le

 

Le Galaxy Note 7

Un échec est un échec. Le mieux c’est d’en prendre conscience, et de se relever. Bon, après plusieurs combustions spontanées et quelques 17 milliards de dollars de perte c’est pas easy easy… Mais tant pis. Après avoir retiré du marché son dernier né et stoppé net sa production, le géant coréen a maintenant tout le loisir de mieux faire. On est impatients.

Une photo publiée par @mitduo le

 

Les trains de nuit

L’annonce est tombée en février dernier : le gouvernement va se « désengager » des lignes ferroviaires de nuit. « [Les trains de nuit] ne répondent plus de manière satisfaisante aux attentes des voyageurs, à la fois en termes de dessertes comme de qualité de service » a déclaré le secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidaliesa.

Selon lui, « depuis 2011, la fréquentation a chuté de 20%, rendant l'exploitation de ces lignes financièrement insoutenable ».

Depuis le 1er octobre, déjà 4 des 8 lignes de nuit ont fermées, faute de subventions de l’Etat. Deux prochaines lignes seront suspendues mi-2017, suivies probablement des deux restantes peu de temps après.

 

La vaisselle jetable

Adieu pique-nique et bonjour lave-vaisselle ! Ça y est, l’interdiction de la vaisselle jetable a été votée à l’Assemblée dans le cadre de la loi sur la transition énergétique. Si l’amendement défendu par le député EELV François-Michel Lambert prévoyait une interdiction pour 2017, cette dernière a été repoussée à 2020 suite à l’opposition de Ségolène Royal.

« Cet amendement est antisocial, les familles en situation de précarité ne jettent pas cette vaisselle mais la réutilisent », a soutenu la Ministre.

On ne voit pas très bien en quoi le recul de l’amendement règle le problème en question, mais s’il apporte une solution écologique d’un autre côté, concentrons-nous sur le positif.

 

Les sacs plastiques

Pourtant bannis depuis juillet 2016, ces méduses de pétrole s’accrochent à notre quotidien. Mais en 2017, les quelques irréductibles qui peuplent encore les rayons fruits et légumes ou fromages de nos supermarchés rejoignent leurs cousins déjà évincés. Pas de traitement de faveur les gars. Vous me manquerez quand même quand il faudra ranger mes chaussons dans ma valise…