Déconfinement : au plus tôt pour la mi-juin, selon une étude américaine

iStock

Le Boston Consulting Group, l'un des plus importants cabinets de conseils internationaux, a publié le 26 mars dernier un document composé de projections mondiales concernant le déconfinement. En France, la perspective la plus pessimiste nous renvoie à un déconfinement... fin juillet. 

Pour celles et ceux qui envisagent déjà l'après-confinement, ce n'est visiblement pas pour tout de suite. L'étude du BCG s'appuie sur les données de l'université John Hopkins (qui possède également un centre de recherche dédié au Covid-19 et avait réalisé cette carte représentant les cas de coronavirus en temps réel) pour livrer les estimations des dates de déconfinement pour une vingtaine de pays (les vingt plus grands marchés), dont la France.

Pour faire ces projections, le cabinet s'est appuyé sur deux facteurs : le nombre de nouveaux cas journaliers et le nombre de patients infectés "actifs" (excluant les personnes infectées soit en quarantaine, soit guéries ou décédées). 


Un pic épidémique prévu fin mai

Ainsi, pour l'Hexagone, confiné depuis le mardi 17 mars, le scénario de déconfinement le plus optimiste est envisagé pour la mi-juin, tandis que le plus pessimiste à la quatrième semaine de juillet, tandis que le pic de l'épidémie est estimé à la troisième semaine de mai

Le pic épidémique désigne la date où l'épidémie entame sa phase de décroissance. Seulement, dans le cas du coronavirus, il est impossible de le prédire exactement (contrairement à la grippe, par exemple) étant donné qu'on ne connait pas à l'avance le nombre de contaminations. La date reste donc une estimation.

© John Hopkins University (Coronavirus Resource Center), Euromonitoir, BCG Analysis


Le cabinet de conseil a établi ces scénarios en se basant sur trois facteurs :

  • le nombre de personnes hospitalisées sur 100 000 personnes
  • le nombre de personnes présentant des problèmes respiratoires sur 100 000 personnes 
  • la capacité des gouvernements à gérer l'épidémie (facteur qui se mesure lui-même avec différents variables comme la stabilité politique).

En France, on constate sur l'étude que les deux premiers facteurs sont bons tandis que la capacité à endiguer l'épidémie est plutôt moyenne. 

© John Hopkins University (Coronavirus Resource Center), Euromonitoir, BCG Analysis

Emmanuel Macron devrait s'exprimer sur le sujet jeudi soir pour la troisième fois depuis le début de l'épidémie, et annoncer un prolongement du confinement, selon Le Parisien, mais également clarifier les interrogations sur le port du masque, le traçage numérique des personnes contaminées et le second tour des municipales, pour l'instant prévu fin juin

Fin des articles