3 bonnes nouvelles parisiennes qui donnent le sourire (20-26 janvier)

© istockphoto - NicolasMcComber

T'en as marre de lire des nouvelles déprimantes ? Ne désespère plus. Chaque lundi on te propose trois bonnes nouvelles parisiennes qui vont te nourrir d’optimisme. Ici, pas une seule news négative ou démoralisante. Du positif, rien que du positif !


1. Des Parisiens se lancent dans le biodalisme

Malgré le nombre de parcs parisiens, on ne va pas se mentir, quand on pense Paris on pense rarement verdure… Et c’est justement là l’enjeu du biodalisme. Initiée par des justiciers autoproclamés, cette nouvelle tendance a pour objectif de refleurir la capitale. Équipés de pioches et de casques de chantier, les "dépavistes" se permettent de retirer illégalement des morceaux de rue pour y planter des fleurs et des plantes. Une fois l’œuvre terminée, elle est signée à la bombe de peinture avec le mot "biodalisme". Parfois, un arrosoir est même mis à disposition pour les habitants du quartier qui souhaitent entretenir les plantes.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Fanny Ehl (@fannyehl) le


2. Des fleurs pour sauver les abeilles

Des apiculteurs français ont eu une idée simple mais efficace : envoyer des graines bio de phacélie, une plante à fleurs qui attire les abeilles, à tous ceux qui le demanderont, peu importe leur localisation dans le monde. L’opération, déjà réalisée avec succès en 2019 (73 000 sachets, soit 300 kg de graines), est organisée pour la deuxième fois jusqu’au 29 février. Pour recevoir ses petites graines, il suffit d’envoyer un courrier à l’association Natur miel ou de faire un don en ligne de 2 € à l’association. Le courrier devra, lui, contenir une enveloppe timbrée avec nom, prénom et adresse, à : Phacélitez-nous la vie, les Termes, 31 800 Saux et Pomarède. Prêts à sauver les abeilles ?

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Natur Miel (@natur.miel) le


3. Le premier sanctuaire pour éléphants va ouvrir

La cause animale n’a jamais été aussi soutenue, et nombreux sont les cirques a avoir renoncé aux éléphants et autres animaux sauvages dans leurs numéros. C’est en partant de ce constat que deux soigneurs du zoo d’Anvers ont décidé d’ouvrir leur propre sanctuaire pour accueillir les éléphants abandonnés après avoir été utilisés par les cirques pendant des années. Baptisé Elephant Haven, le premier sanctuaire d’Europe est actuellement en construction à Bussière-Galant, dans le Limousin. Pour garantir leur survie, le refuge offrira donc une semi-liberté à une dizaine d’éléphants, avec végétation abondante et tranquillité garantie.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Elephant Rescue Project (@elephantrescueproject) le


À plus pour de nouvelles aventures !

Fin des articles