Les 10 secrets les mieux gardés de Paris

© Kiev.Victor

Bien que le mauvais temps nous mette un petit doute, l’été approche à grands pas et on espère, le retour des beaux jours avec lui. Les guides de My Urban Experience, maison de production de balades pédestres décalées de "culturetainement", nous dévoilent les 10 secrets relatifs à la capitale. Le bon plan pour des balades insolites alliant culture et divertissement. Cette start-up vise aussi bien les touristes que les Parisiens amoureux de leur ville et désireux de vivre des expériences riches en rencontres et en enseignements aux côtés de ces guides experts. 


1. Point de vue Street art

Au belvédère Willy Ronis dans le 20e, qui doit son nom à un photographe ayant immortalisé les rues du vieux Belleville populaire, est aussi un spot de street-art. Le lieu nous offre une vue panoramique sur tout Paris depuis le nord-est de la capitale : on signe !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Fanchon Shiuli (@fanchonshiuli) le


2. Marcher sur des pierres tombales

Dans le 4e, au 26 rue Chanoinesse, derrière une petite porte se cache une cour intérieure dont les pavés sont des pierres tombales de moines, provenant d’anciens cimetières afférents à des édifices religieux du quartier.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Morgan Lake (@morganalexandralake) le


3. La Galerie Vivienne au cœur du mystère Vidocq

La Galerie Vivienne du 2e a accueilli un illustre occupant : Vidocq, ex-bagnat, chef de l’officieuse "brigade de sûreté" de la préfecture de police de Paris et fondateur d’une agence de détectives privés. Le numéro 13 de la galerie cache un escalier et la légende dit qu’un souterrain relierait la galerie aux jardins du Palais-Royal.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par VisitParisRegion (@visitparisregion) le


4. Les vestiges de la Bastille

Le Square Henri Galli, situé dans le 4e, abrite les dernières pierres de la Bastille, entièrement détruite pendant la Révolution française. Alors qu’on pensait qu’il n’existait plus aucune trace de la célèbre prison, on a pu découvrir quelques restes des fondations de la tour de la liberté, l’une des 8 tours qui entouraient la forteresse, grâce aux travaux de construction du métro parisien en 1899.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Vincent (@vishnoufromparis) le


5. L’un des plus vieux dératiseur de Paris a inspiré Walt Disney

Le plus célèbre dératiseur de Paris, situé au 8, rue des Halles dans le 1er arrondissement, existe en fait depuis 1872. Les rats et les mulots empaillés et suspendus que l’on peut apercevoir dans la vitrine, datent de 1925 et ont inspiré le dessin-animé de Ratatouille.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Discover Paris (@bnbstories) le


6. Plus vieille enseigne de Paris

Dans le 5e, au 42 rue Galande, on découvre un bas-relief en pierre encastré au sein de la façade et datant du XIVe siècle. Cette sculpture de 1380, représentant Saint-Julien et sa femme dans une barque transportant le Christ vers une chapelle située sur l’autre rive, est considérée comme la plus vieille enseigne de Paris. L’original de ce bas-relief se trouve au musée du Louvre.


7. Interdiction de stationner au XVIIIe siècle

Au croisement de la rue Vide-Gousset et la rue du Mail dans le 2e, on peut apercevoir une écriture en lettre brune en partie effacée, datant de la Révolution française.  

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Natali (@natali_dreamer) le


8. En la mémoire d’Henri IV

C’est dans le 1er arrondissement au 11 rue de la Ferronnerie, que l’on peut observer le blason du roi Henri IV, représenté par les armures du royaume de France (trois fleurs de lys) et du royaume de Navarre (les chaînes d’or). C’est dans cette rue que le premier des Bourbons a été assassiné le 14 mai 1610.


9. Boire l’eau à sa source

L’un des derniers puits artésiens de Paris encore en fonctionnement se trouve en face de la Piscine, rue du Moulin des Prés, dans le 13e à la Butte-aux-Cailles. On peut y boire de l’eau puisée directement dans la nappe phréatique de Paris captée dès 1863 et située à 620m sous le sol. Cette fontaine fait partie des trois fontaines alimentées en eau de source de la ville. Les deux autres se situent au square Lamartine dans le 16e et au Square de la Madone dans le 18e. 


10. Dernier avis de mobilisation générale pour la guerre

Le dernier avis de mobilisation générale de la Première Guerre Mondiale est toujours affiché au 1 rue Royale dans le 8e. En effet, le 1er août 1914, l’ordre de mobilisation générale avait été décrété en France et tous les Français soumis aux obligations militaires étaient alors appelés à revêtir l’uniforme. Bien que l’avis rue Royale ne soit plus l’ordre original, la copie protégée d’un cadre bleu (même bleu que l’uniforme des soldats français pendant la Première Guerre) est identique.

Fin des articles