Tous les bienfaits insoupçonnés de la neige à Paris

Perturbatrice pour la circulation, signe de grand froid, elle a de quoi inquiéter. Mais à petite dose, la neige donne le sourire : elle dépayse, nous fait retomber en enfance et ralentit le rythme effréné et parfois fatiguant de Paname. On va encore pouvoir en profiter quelques heures voire jours, alors voici de quoi accueillir la poudreuse avec joie !


La neige étouffe le bruit

Vous entendez ce silence ? Le bruits des moteurs et des klaxons des voitures a été remplacé par une pluie de silence. Outre le fait que les voitures sont moins nombreuses et roule plus doucement, c'est scientifique : par temps de neige, il n'y a pratiquement pas de réflexion d'ondes sonores, le bruit est donc amorti. Un peu de calme dans nos vies, c'est tellement ressourcant. 


La neige, ça rapproche

Tous en retard au boulot. Tous coincés dans les transports ou chez soi. Tous, congelés. Tous, lents. La neige à Paris, ça rassemble. Il n’y a qu’à regarder les gens marcher dans la rue avec cette grande précaution de non habitués, on est tous à deux doigts de glisser. Tous dans la même galère.

Une publication partagée par Dash (@_.dashik._) le


La neige est bonne excuse (pour plein de trucs)

C’est la meilleure excuse pour faire du nesting, rester chez soi bien au chaud blotti dans un plaid, pour manger une raclette en tête à tête, pour ne pas se rendre à un rdv à priori chiant. Une bonne excuse pour vivre en ralenti en général. 

La neige nous donne bonne mine

Grâce à son action béton sur notre circulation sanguine (la vasoconstriction suivie d’une vasodilatation augmente le débit sanguin), le froid agit sur l’éclat de notre teint et la jeunesse de notre visage. Sans parler du fait qu’il affine notre grain de peau en resserrant nos pores, et raffermit notre corps tout entier grâce à cette forme de micro-gymnastique qu’est le frisson. N’oubliez pas de vous hydrater quand même.

La neige soulage les douleurs

(A condition de ne pas se faire trop mal en glissant). Ce n’est pas pour rien qu'on blottit nos chevilles foulées dans de douillets coussins de glaçons. L’action antalgique du froid est connue depuis l’Antiquité (voire plus tôt). Apposé sur une blessure, il endort les nerfs sensitifs (qui envoient le signal de la douleur au cerveau) et dope la production d’endorphines, des hormones proches de la morphine.


La neige nous fait brûler les calories

Ça fait toujours du bien de se rappeler que le vent d’hiver raffermit nos cuissots. Plus on frissonne, plus on fond ! Par un mécanisme complexe, le froid transforme même notre graisse blanche (bourrée de calories, diabète et autres mauvaises bébêtes) en graisse brune (qui aide à réguler notre température). En plus, notre manière toute tendue (et ridicule) de marcher, permet de renforcer nos muscles. Encore plus si on fait du ski à Montmartre.