La première halle alimentaire de produits bio à bas prix ouvre dans le 10e

© Gabriel Ghnassia

Fin septembre, les Parisiens pourront remplir leur panier de produits fermiers frais dans un espace de 170 m2 dans le 10e. Il y aura de la terre sur des vrais légumes et de la moisissure dans les fromages, promis !

Manger bon et sain à des prix accessibles. C’est le défi de la start-up Kelbongoo qui s’installe au 3 bis, rue Bichat pour proposer une halle alimentaire de produits de petits producteurs français. Et la Mairie de Paris a débloqué 130 000 euros pour rendre le projet possible. Alors que l’UFC-Que Choisir dénonce « les marges exorbitantes » (46%) de la grande distribution sur les produits bio, Kelbongoo part à la conquête de l’agriculture bio et raisonnée à petits prix.


Le concept de cette halle alimentaire ?

Le client commande une semaine à l’avance sur le site les produits qui le bottent. Kelbongoo lance les commandes auprès de la soixantaine de producteurs avec lesquels ils travaillent en Picardie. Le camion frigo Kelbongoo part sur les routes récolter les produits. Il suffit ensuite de passer chercher ses courses pour déguster les produits garantis 100% local. Pas de gâchis, des fruits mûrs, du lait du matin et des volailles élevées en plein air. Mais surtout, sans intermédiaire, les prix seront accessibles à toutes les bourses.

halle-alimentaire-paris-10e-chantier

Kelbongoo n’en est pas à son premier coup d’essai, puisque la start-up créée il y a 4 ans a déjà ouvert deux boutiques dans le 20e. « On est à peu près à 1000 commandes par semaine et 3000 clients », souligne Xavier Vander Auwera, responsable de la communication. Les jours de retrait se passent le mercredi de 13h à 20h30 et le samedi de 9h à 16h30. La halle du 10e se calquera sur le même rythme mais ira encore plus loin.


Une dimension pédagoqique globale

Après l’installation annoncée fin septembre, la team de Kelbongoo souhaite s’engager dans une démarche pédagogique et proposer des activités avec les acteurs du quartier. « On veut créer un lien avec les centres sociaux, les associations, les écoles pour faire connaître les producteurs et transmettre des façons de consommer », explique Xavier.

Créer un lien entre la zone urbaine et rurale sera donc le prochain challenge de la halle alimentaire avant de relever celui de l’installation. « On a récupéré les clés du local, on a du boulot, du rayonnage, de l’aménagement et du stockage, mais ça va le faire ! » Préparez votre panier, la halle alimentaire débarque !