Concerts assis, fêtes « sauvages » interdites : voilà à quoi ressemblera la Fête de la musique

  • Lisa B
  • Good News
  • Publié le 8 Juin 2021 à 11h54

Alors que la ministre de la Culture Roselyne Bachelot avait annoncé il y a quelques semaines une Fête de la musique sous couvre-feu et masquée, mais où l’on pourra tout de même danser, le ministère est revenu sur ces propos, publiant un protocole sanitaire très strict pour la tenue de cet évènement. Et celui-ci semble vouloir à tout prix éviter les rassemblements.

La Fête de la musique « se tiendra le 21 juin et ne sera pas soumise au pass sanitaire, on pourra danser, mais ce sera une fête masquée avec un couvre-feu à 23 heures », avait confié la ministre Roselyne Bachelot au Parisien il y a plusieurs jours. Aujourd’hui, le ministère de la Culture endurcit les règles de cet évènement, publiant un protocole sanitaire très strict qui tend à éviter les rassemblements. Ainsi, pas de concert en plein air, ou alors ceux-ci devront impérativement se tenir dans une configuration assise. Plus stricte encore : les musicien·ne·s dits « amateur·ice·s » ne seront pas autorisé·e·s à jouer dans les rues ni même dans les bars ou les restaurants, sauf autorisation au préalable, ce qui ne laisse plus aucune place à la spontanéité musicale si chère à cette fête majeure.

 
Une liberté très restreinte 

En parcourant ce protocole, on se rend ainsi compte que seuls les évènements organisés en intérieur avec un public assis et en nombre très limité seront autorisés. Les rassemblements en plein air qui sont d’ores et déjà autorisés à se tenir devront également accueillir leur public « en configuration assise, en respectant les plafonds de jauge et les distances ». Mais « les concerts impromptus des musiciens, notamment amateurs sur la voie publique, ne seront pas autorisés afin de ne pas créer de rassemblements ».

Même son de cloche pour les concerts dans les bars et restaurants qui ne seront pas autorisés, car trop « susceptibles d’engendrer des regroupements sur la voie publique » et « d’accroître les risques de contamination en extérieur », selon les termes du protocole. « Les forces de l’ordre seront mobilisées afin de veiller au respect des règles ainsi établies. »

Fin des articles