Pépite : 5 € le thali et le dosa comme en Inde

© iStock

C’est dans ce petit boui-boui de La Chapelle qu’on trouve les meilleurs dosa de France, ces petites crêpes indiennes fourrées avec plein de bonnes choses.


Direction le quartier très vivant de La Chapelle pour trouver les meilleurs dosa indiens de Paname, les seuls qui valent vraiment le coup. S’il n’y a certes pas des milliers d’adresses pour dénicher ces petits pépites de bonheur, une seule est chère à notre cœur : Muniyandi Vilas.

C’est une minuscule échoppe à la devanture verte, un boui-boui devant lequel on passerait sans jamais s’arrêter, et pourtant. Une fois passé le seuil de la porte, on est instantanément happé par les odeurs, on va s’installer sur l’une des tables étriquées, on attend sagement son tour, on croirait presque s’être trompé d’adresse mais pas d’inquiétude, ça vaut le coup et vous êtes au bon endroit.

Pas la peine de regarder la longue carte pendant des heures, on ne vient ici que pour deux choses : le dosa évidemment, et le thali aussi. Le dosa, d’abord. Une longue crêpe croustillantes pliée comme en Inde, fourrée à la garniture de notre choix. Coup de cœur pour le masala dosa pommes de terre et petites épices, accompagné de petites sauces à base de noix de coco et de chutney à tomber. On coupe un bout avec nos mains, on trempe dans une sauce, on déguste, on kiffe. Le thali, lui aussi, est de la même envergure, avec des assaisonnements à tomber, des petits légumes en veux-tu en voilà, du raita bien comme il faut, bouya. Bordel, ça claque le palais, ça chauffe la gorge, c’est bon.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Anand Raghavan (@ragavanands) le

La salle a beau être minuscule, on y fait rentrer suffisamment de tables pour jouer à collé-serré avec les voisins et partager des conversations sans le vouloir, mais qu’importe. Le resto est constamment rempli, et on comprend pourquoi, d’ailleurs on y retourne ce soir. Bon app’.


Muniyandi Vilas
207, rue du Faubourg-Saint-Denis – 10e
Tous les jours de 11h à minuit

Fin des articles