Sarah Sze et Artavazd Pelechian à la Fondation Cartier pour l'art contemporain

Extrait de "La Nature" d'Artavazd Pelechian, 2020

La première est une artiste plasticienne internationalement reconnue, le second un cinéaste à l'œuvre aussi singulière que poétique ; tous deux sont mis à l’honneur à la Fondation Cartier pour l'art contemporain, où leurs œuvres sont exposées du 24 octobre 2020 au 7 mars 2021.


Vingt ans après la première exposition qu’elle lui a consacrée, la Fondation Cartier invite à nouveau l’artiste américaine Sarah Sze à créer une exposition immersive en dialogue avec les espaces transparents du bâtiment iconique de Jean Nouvel. Connue pour les dimensions exceptionnelles de ses œuvres explorant les frontières entre peinture, sculpture et architecture, Sarah Sze propose cette fois, à travers deux installations spécialement conçues pour l’occasion, une réflexion sur la prolifération des images et de leurs origines dans le monde contemporain, et leur impact sur notre relation aux objets, au temps et à la mémoire. Une exposition qui fait perdre au visiteur tous ses repères, flânant entre des œuvres à la fois architecturales, filmiques et sculpturales.

Twice Twilight©Edouard Caupeil

De son côté aussi, Artavazd Pelechian a développé une profonde complicité avec la Fondation Cartier. Ses films ont notamment été présentés à l’occasion des expositions Un Art populaire (2001), Ce qui arrive (2002), Les Habitants, pour le trentième anniversaire de la Fondation Cartier (2014), ainsi que lors d’expositions de la collection de la Fondation Cartier à Buenos Aires (2017), Shanghai (2018) et prochainement à la Triennale de Milan (avril-septembre 2021). C'est donc avec un sentiment de fierté amicale que l'institution présente en exclusivité mondiale son nouveau film, La Nature. En compilant de nombreuses images glanées sur Internet, Pelechian livre, dans son premier film depuis 27 ans, une réflexion poétique sur la cohabitation entre l’Homme et son environnement et met en exergue la supériorité de la nature, force implacable capable de surpasser toute ambition humaine dépassée par le désordre écologique qu’elle a créée. Ce nouveau film sera mis en regard d'un des chefs-d'œuvre de l'artiste, Les Saisons (1975), qui met en scène une communauté de paysans arméniens semblant faire corps avec l’environnement naturel dans lequel ils vivent et travaillent, offrant un contrepoint saisissant aux visions de fin du monde de La Nature.


Sarah Sze De nuit en jour

Artavazd Pelechian La Nature, Les Saisons, deux films d'un cinéaste légendaire
Fondation Cartier pour l'art contemporain
261, bd Raspail – 14e
Du 24 octobre au 7 mars 2021

Fin des articles