Un nouveau lieu de vie de 350m2 dédié à l'art a ouvert dans le 3e

  • Zoé Stene
  • Expo
  • Publié le 7 Juillet 2021 à 15h30
© 193 Gallery

Avec son nouveau lieu de vie dédié à l'art contemporain, la 193 Gallery a relevé le défi de nous faire voyager sans quitter Paris. 350m2, 3 espaces d'exposition, une tonne d'événements organisés et même un speakeasy : il semblerait bien que l'on ait déniché LE spot parfait où traîner cet été. Prêt·e·s pour un tour du monde de l'art contemporain ? C'est parti ! 

C'est à quelques enjambées de Répu', dans le Haut Marais, que la 193 Gallery a décidé d'amarrer. Après des mois de travaux pour transformer 350m2 en véritable temple de l'art contemporain, elle a enfin ouvert ses portes aux Parisien·ne·s. Pour célébrer son arrivée dans le quartier, le lieu accueille trois expositions ultra colorées durant tout l'été ! Retenez bien le nom de cette nouvelle galerie car vous risquez d'en entendre parler.

 
Trois expositions chanmées

Tout l'été, trois artistes incroyables y prennent leur quartier. D'abord, citons notre petite chouchou : Thandiwe Muriu, photographe autodidacte – cette jeune Kényane a commencé sa carrière à 14 ans. Ses clichés explosifs et colorés valorisent la femme noire trop souvent écartée des standards de beauté et dégagent une énergie qui ne laisse décidément personne indifférent·e.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 193gallery (@193gallery)

Originaire de la Guadeloupe et de la Réunion, Jean-Marc Hunt, pour sa part, nous embarque aux Antilles à travers son exposition Ti'Punch Molotov : des peintures figuratives, utilisant le procédé de série, accumulation et détournement mêlant révolution et revendication, remède et poison. « L’exposition a pour objectif de rendre compte d’une diversité de perspectives et de méthodes performatives, qui interrogent communications et relations sociales, hiérarchisées dans la société antillaise. Elle contextualise les pratiques sociales liées à la créolisation du monde et les relations de dominations historiques et contemporaines », confie l'artiste. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 193gallery (@193gallery)

Enfin, Derrick Boeteng, dont on a tous déjà aperçu les photographies aux couleurs saturées, incarne magnifiquement la jeunesse de son continent. En effet, ce petit génie d'origine ghanéenne travaille principalement à l'iPhone et nous dévoile son quotidien aux tonalités poétiques et feel good qui nous a totalement charmé.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 193gallery (@193gallery)

Un lieu où s'attarder

La 193 Gallery, c'est une cinquantaine d'œuvres provenant de différents continents, mais c'est également une expérience culturelle hors pair, un endroit où il fait bon prendre le temps de découvrir et s'émerveiller. César, maître des lieux et galeriste passionné, nous accueille chaleureusement dans sa galerie aux airs de grand appartement. Ici on se rencontre, on rigole, on boit un café (et plus si affinités), on s'extasie dans le speakeasy et on participe à une série d'événements artistiques, conviviaux et festifs. Le must ? Trouver à l'étage le couloir caché où est exposée une série de photographies de nu. N'hésitez plus !

193 Gallery
24, rue Béranger – 3e
Expositions jusqu'au 31 juillet

Fin des articles