Les 7 plus belles expositions à voir en ce début d’année à Paris

© Susi Korihana thëri, infrared film, Catrimani, Roraima State, Brazil,1972-1974. Photo © Claudia Andujar.

L'année est à peine entamée, et déjà, il y a tellement de belles expositions à visiter ! Comme ce n'est pas toujours facile de s'y retrouver, voici une séléction d'expositions à voir en janvier qui vous plongera dans une mystérieuse masse nuageuse, dans l'univers macabre d'un artiste danois ou directement à la table des Parisiens ! De quoi se régaler sans modération. 


L’art en broderie au Moyen Âge, au musée de Cluny

Le topo

Faite avec des fils de soie, d’or ou encore d’argent, la broderie peut receler d’innombrables trésors, aujourd’hui oubliés. Avec cette exposition, le musée de Cluny met en lumière la diversité de la production européenne au cours du Moyen Âge. Au travers de vêtements, accessoires ou même d’objets du mobilier, c’est ici l’occasion d’explorer les diverses facettes de cet art trop souvent négligé.

Pourquoi c’est cool

Véritable art du luxe, la broderie permet de témoigner d’un rang social, ou de constituer un objet de commerce et d’échange. Nous transportant dans toute l’Europe, le musée de Cluny nous présente l’une des plus belles collections de broderies du XIIe au XVIe siècle, dont certaines restaurées et bénéficiant d’un nouvel éclairage, ainsi que des prêts prestigieux. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Musée de Cluny (@museecluny) le

L’art en broderie au Moyen Âge
Musée de Cluny - Musée national du Moyen-Âge
28, rue du Sommerard – 5e
Jusqu’au 20 janvier 
Plus d’infos


Faire corps - Adrien M & Claire B, à La Gaîté Lyrique

Le topo 

Avec cette exposition, la Gaîté lyrique, le lieu des cultures post-Internet, nous invite à poser un autre regard, plus ludique et émerveillé, sur les technologies et le pouvoir qu'elles nous confèrent. Avec un parcours imaginé par les plasticiens Adrien M & Claire B, cette exposition est pensée pour affûter notre attention au monde au travers de l’installation monumentale L’ombre et la vapeur (2018), une sculpture audiovisuelle interactive montrée pour la première fois à Paris produite par la fondation Martell, mais également de la création Core et du corpus d'oeuvres XYZT. 

Pourquoi c’est cool

Mis en musique par Olivier Mellano, cette masse nuageuse aux contours flous nous surplombe, et nous fait pénétrer en douceur dans cette structure que nous apprivoisons par nos mouvements. Une expérience sensible qui nous oblige a changer de pensée et de regard sur ce qui nous entoure. Sollicitant notre intelligence émotionnelle et sensorielle, l’ensemble nous évoque ce monde avec lequel nous faisons corps et au sein duquel les nouvelles cultures technologiques peuvent dessiner un futur désirable. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par La Gaîté Lyrique (@gaitelyrique) le

Faire Corps - Adrien M & Claire B
La Gaîté lyrique
3 bis rue Papin – 3e
Du 24 janvier au 3 mai 
Plus d’infos


Les contes étranges de Niels Hansen Jacobsen, au musée Bourdelle 

Le topo 

Avec la première exposition française consacrée au sculpteur et céramiste danois Niels Hansen Jacobsen (1861-1941), ce petit musée du 15e nous propose en ce début d’année une plongée dans l’univers onirique du sculpteur Antoine Bourdelle. Établi à Paris dès 1892 et entrant ainsi en contact avec des artistes divers venus de toute l’Europe, l’atelier de Jacobsen devient rapidement le rendez-vous d’un groupe de symbolistes danois francophiles. 

Pourquoi c’est cool 

Renouant avec la mythologie nordique, les légendes scandinaves et le fantastique des contes d’Andersen, Niels Hansen Jacobsen va produire des œuvres fortement marquées par un goût pour l’étrange, l’ambigu voir le macabre, que le public pourra venir admirer pour la première fois en France à l’occasion de cette exposition. Donnant à voir la genèse et la richesse du langage plastique de l’artiste, cet ensemble artistique d’exception regroupera notamment des plâtres, des bronzes et des céramiques uniques en leur genre. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Vejen Kunstmuseum (@vejenkunstmuseum) le

Les contes étranges de Niels Hansen Jacobsen, un Danois à Paris 
Musée Bourdelle 
18, rue Antoine-Bourdelle – 15e

Du 29 janvier au 31 mai 
Plus d’infos


L’exposition Claudia Andujar à la Fondation Cartier pour l’art contemporain 

Le topo 

Grande photographe brésilienne, Claudia Andujar a depuis les années 1970 dédié sa vie à la photographie et à la défense des Yanomami, un peuple parmi les plus importants de l’Amazonie brésilienne. C’est à cette période que se construit notamment la route transamazonienne, dans le sud du territoire Yanomami, ouvrant alors leur territoire à la déforestation. Cette exposition présente les versants artistiques et politiques de sa démarche en faveur des indiens Yanomami, tout en mettant en lumière sa contribution à l’art photographique. 

Pourquoi c’est cool

Après plusieurs années de recherche dans les archives de la photographe, cette exposition présente son œuvre à travers plus de 300 photographies, dont un grand nombre d’inédits. L’exposition présentera également une installation audiovisuelle, des documents historiques ainsi que des dessins réalisés par des artistes Yanomami qui représentent ainsi eux-mêmes leur univers. La Fondation Cartier nous propose ainsi une réflexion sensible sur les enjeux de la déforestation et sur la manière dont l’art documente le monde. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Fondation Cartier (@fondationcartier) le

Claudia Andujar, La Lutte Yanomami
Fondation Cartier pour l’art contemporain 
261, boulevard Raspail – 14e 
Du 30 janvier eu 10 mai

Plus d’infos 


ELLE, l’exposition photographique de Daniela Roman

Le topo 

Photographiant une jeune femme noire émigrée et ici anonyme, la photographe Daniela Roman met en scène l’imaginaire et les rêves de son modèle, dans un appartement vide du 14e. Au travers des clichés qu’elle retouche, la photographe invite le visiteur à imaginer l’histoire de cette femme en fonction des mises en scène et des tableaux présentés.

Pourquoi c’est cool

Parce que c’est en travaillant sur une plaque de métal, et en enrichissant ses photographies avec des pigments, de la poussière, du fusain ou encore de l’encre et en y ajoutant des griffures et des entailles, telles des cicatrices, que Daniela Roman nous ouvre à l’imaginaire et aux sensations

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Daniela Roman (@daniela1roman) le

ELLE
Galerie du 51 rue Daguerre
51, rue Daguerre – 14e 
Jusqu’au 31 janvier


Nourrir Paris, à la Bibliothèque Forney

Le topo 

Qu’est-ce qu’on mange? Éternelle question à laquelle la Bibliothèque Forney tente d’apporter une réponse avec son exposition Nourrir Paris. Au travers de photographies, d’affiches ou d’objets divers, l’exposition revient sur les habitudes de consommation et les moyens d’approvisionnement des Parisiens, dont le nombre ne cesse d’augmenter. Mettant à profit les ressources de la région parisienne, ou faisant venir des produits exotiques qui arrivent des quatre coins du monde, tout est mis en œuvre pour ne pas se retrouver démuni au moment du dîner. 

Pourquoi c’est cool

Cette exposition met en lumière la nourriture au sens large et au fil de l’histoire, allant du Moyen Âge aux temps modernes. Faisant revivre le temps d’un instant les Halles qui ont longtemps été le ventre de Paris, les abattoirs de la Villette ou encore les potagers intra-muros, c’est une visite qui promet de vous donner l’eau à la bouche.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le Vestiaire (@levestiairecostumes) le

Nourrir Paris
Bibliothèque Forney
1, rue du Figuier – 4e 
Jusqu’au 1er février

Plus d’infos


Costumes en fête, les 40 ans des Arts Florissants, au musée de la Musique

Le topo 

Pour célébrer les 40 ans des Arts Florissants, le musée de la Musique dévoile au public une quarantaine de costumes issus des plus belles productions d’opéra, exposés au cœur des collections permanentes. Conçu avec le centre national du costume de scène de Moulins sous la forme d’un accrochage monumental, c’est ainsi un véritable dialogue poétique entre les costumes, les œuvres d’art et les instruments exposés.

Pourquoi c’est cool

Parce que de nombreux spectacles évoqués dans cette installation furent joués sur les plus grandes scènes françaises, et témoignent d’une magnifique association entre les métiers des arts du spectacle. Des costumes d’une grande beauté que les Arts Florissants nous permettent d’admirer, et qui vous transporteront tout droit sur les plus belles scènes d’opéra.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Philharmonie de Paris (@philharmoniedeparis) le

Costumes en fête - 40 ans des Arts Florissants
Musée de la Musique - Cité de la Musique
221, avenue Jean Jaurès – 19e 
Jusqu’au 10 mai

Plus d’infos

Fin des articles