Le meilleur des expositions de novembre

© Pierre et Gilles

Des affiches, des chaussures, des sculptures, peintures et architecture : les expositions de novembre vont vous en faire voir de toutes les couleurs !


Affiches cubaines : révolution et cinéma
, au Musée des Arts Décoratifs 

Le topo

En 1953, la révolution cubaine éclate. Les artistes vont s’emparer de ce nouveau contexte politique et culturel pour renouveler l’affiche, jusque-là principalement commerciale, et faire naître une école artistique cubaine. L’exposition explore cette effervescence de production graphique au travers de 250 affiches exceptionnelles. 

Pourquoi c’est cool

Longtemps méconnues en raison de l’isolement de Cuba, cette école stylistique commence tout juste à se dévoiler auprès du public. Soixante ans après la révolution, le Musée des Arts Décoratifs introduit le visiteur à l’histoire de Cuba, à travers ces affiches politiques et cinématographiques, qui constituent une véritable richesse historique et culturelle. 

Affiches cubaines : révolution et cinéma
Du 31 octobre 2019 au 2 février 2020
Musée des Arts Décoratifs 
107, rue de Rivoli – 1er
Plus d’infos


Barbara Hepworth
, au musée Rodin

Le topo

Figure majeure de la sculpture Britannique du XXe siècle, Barbara Hepworth est une artiste qui donne une importance particulière au travail de la main et à l’outillage traditionnel, revenant aux formes élémentaires pour échapper au chaos de la guerre. À l’ère des outils mécaniques et des formes génériques, le musée Rodin rend hommage à une figure encore relativement méconnue en France, qui a mené des recherches remarquables sur les matériaux, les formes et la lumière. 

Pourquoi c’est cool

Parce que son travail résulte d’une véritable réflexion sur le vide et le plein ; loin de l’expressionnisme puissant de Rodin, c’est une nouvelle esthétique qui dénote avec le lieu, et qui cherche dans les volumes une forme de poésie qu’elle développe dans ses sculptures.
Donnant une vue d’ensemble sur sa carrière, son travail et sa manière de faire grâce à des photographies provenant de sa famille et à l’évocation de son atelier, cette exposition permet de découvrir une artiste accomplie qui a côtoyé les plus grands.

Copyright Heymann Renoult

Barbara Hepworth

Du 5 novembre 2019 au 22 mars 2020 
Musée Rodin
77, rue de Varenne – 7e
Plus d’infos


Marche et démarche, une histoire de la chaussure,
au Musée des Arts Décoratifs

Le topo

Après deux expositions sensationnelles sur le rapport entre le corps et la mode, le Musée des Arts Décoratifs revient avec un troisième volet aussi surprenant qu’original dédié aux souliers. Cette nouvelle exposition revient sur toute la diversité esthétique et symbolique des chaussures, du Moyen Âge à nos jours. Une véritable analyse de la façon dont celles-ci définissent notre démarche, notre style ou notre confort.

Pourquoi c’est cool

Abordant différentes perspectives telles que les aspects pratiques et symboliques de la chaussure, cette exposition unique revient sur un accessoire du quotidien que l’on croit si bien connaitre, mais dont il est pourtant bien difficile de saisir toute la richesse. Que vous préfériez les talons hauts, les sneakers, les chaussons ou encore les tongs, vous trouverez forcément chaussure à votre pied au Musée des Arts Décoratifs. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Mad Paris (@madparis) le

Marche et démarche, une histoire de la chaussure
Du 7 novembre 2019 au 23 février 2020
Musée des Arts Décoratifs 
107, rue de Rivoli – 1er
Plus d’infos


Christian Boltanski : faire son temps
, au Centre Pompidou
 

Le topo

Avec une cinquantaine d’œuvres présentées, le Centre Pompidou revient sur les étapes et les métamorphoses du propos de Christian Boltanksi. Une traversée dans l’œuvre de l’une des plus grandes figures de la création de notre temps, qui permet d’en mesurer l’ampleur.

Pourquoi c’est cool

Parce qu’il s’agit là d’un parcours pensé par Boltanski lui-même comme une vaste déambulation au cœur de son œuvre, 35 an après sa première exposition au Centre Pompidou. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par KEWENIG (@keweniggalerie) le

Christian Boltanski : faire son temps
Du 13 novembre 2019 au 16 mars 2020
Centre Pompidou
Place Georges-Pompidou – 4e
Plus d’infos


Otto Wagner. Maître de l’Art nouveau viennois,
à la Cité de l’architecture & du patrimoine 

Le topo

Pour commémorer le centenaire de la mort de l’artiste viennois Otto Wagner, la Cité de l’architecture & du patrimoine accueille la première exposition monographique qui lui soit consacrée en France. Figure majeure de la scène architecturale européenne des XIXe et XXe siècles, ses écrits contribuent à l’émergence d’une architecture résolument moderne.

Pourquoi c’est cool

Bénéficiant d’une riche collection de dessins de l’artiste, l’exposition confronte le travail d’Otto Wagner avec les courants artistiques autrichiens de son temps pour souligner le raffinement et l’élégance de ses créations. L’occasion rêvée de s’envoler en admirant son architecture aérienne. 

Otto Wagner. Maître de l'Art nouveau viennois
Du 13 novembre 2019 au 16 mars 2020 
Cité de l’architecture & du patrimoine 
1, place du Trocadéro et du 11 novembre – 16e
Plus d’infos


Pierre et Gilles : La fabrique des idoles
, à la Cité de la Musique 

Le topo

Madonna, Michael Jackson, Stromae, Ariel Dombasle ou Eddy de Pretto, ils ont tous été portraiturés par Pierre et Gilles, ce couple d’artistes, l’un peintre, l’autre photographe, à l’esthétique si reconnaissable depuis plus de 40 ans. Entre monde réel et monde fantasmé, ces mises en scène sont l’occasion de jouer avec les codes de l’art classique et de créer de nouvelles idoles non plus religieuses, mais issues du monde de la musique. 

Pourquoi c’est cool

Parce que c’est leur première exposition monographique sur le thème de la musique. Thème qui leur tient particulièrement à cœur, leurs œuvres racontant une histoire, inspirée des paroles de chansons ou de souvenirs liés à celles-ci. Accompagnée d’une playlist composée par les artistes et faisant écho à chaque tableau, à chaque objet issu de leur atelier, ce sont autant d’œuvres qui permettront de découvrir comment fonctionne leur fabrique d’idoles.

Pierre et Gilles : La fabrique des idoles 
Du 20 novembre 2019 au 23 février 2020
Musée de la musique - Cité de la musique 
221, avenue Jean-Jaurès – 19e
Plus d’infos


Giacometti / Sade,
Cruels objets du désir, à l’institut Giacometti 

Le topo

Lorsqu’Alberto Giacometti, artiste phare du XXe siècle, découvre les écris du Marquis de Sade, homme de lettres sulfureux du XVIIIe siècle, le premier se met à réaliser des « objets à fonctionnement symbolique » d’un érotisme violent, similaire à celui des écrits de Sade. Cette exposition évoque pour la première fois l’influence du philosophe libertin dans son œuvre et dans ses textes. 

Pourquoi c’est cool

Réunissant des œuvres surréalistes réalisées entre 1929 et 1934, ainsi que des photographies d’œuvres disparues et des carnets de dessins inédits, les œuvres de Giacometti nous montrent le tiraillement de l’artiste entre ses fantasmes violents et son désir de représentation du réel, duquel il se libère grâce à ses œuvres.

Man Ray - Lili tenant l'Objet désagréable 1931. Photo Man Ray © Man Ray Trust Adagp

Cruels objets du désir - Giacometti / Sade
Du 21 novembre 2019 au 9 février 2020
Institut Giacometti 
5, rue Victor-Schoelcher – 14e
Plus d’infos


Black Bamboo
, une installation immersive de l'artiste Nils-Udo à la fondation EDF  

Le topo

Nils-Udo, c’est une véritable icône du mouvement art in nature. Spécialement conçue pour la Fondation EDF, il présente Black Bamboo, une œuvre sculpturale in situ qui est l’une des rares réalisées par l’artiste pour un espace intérieur. Éphémère, cette œuvre est en prise avec le temps, et tributaire des variations et des menaces climatiques.

Pourquoi c’est cool

Parce qu’avec cette œuvre, la Fondation EDF interroge le rapport de l’homme avec la nature, proposant aux visiteurs une manière sensible et poétique de réfléchir à des sujets tels que les enjeux climatiques ou les actions en faveur de l’environnement. Une manière créative de sensibiliser à la protection de notre planète

Black Bamboo
Du 29 novembre 2019 au 2 février 2020
Fondation Groupe EDF
6, rue Récamier – 7e
Plus d’infos


Hermès Carré Club,
au Carreau du Temple 

Le topo

Sous la verrière du Carreau du Temple, Hermès vous propose de venir découvrir à partir du 29 novembre l’univers du carré de soie emblématique de la marque. Le Carreau du Temple proposera notamment une initiation au nouage, des rencontres thématiques autour du dessin, et surtout une exposition sur l’histoire du carré Hermès. Donnant une place particulièrement importante au dessin, vous pourrez rencontrer des dessinateurs, les observer créer en temps réel et partager avec eux leur passion.

Pourquoi c’est cool

Parce que c’est une véritable plongée dans une exposition vivante, en lien avec l’histoire de la mode mais aussi des savoir-faire, qui nous propose d’en savoir plus sur l’imaginaire créatif de ceux qui composent les modèles du mythique carré. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par hippo (@hippo.1026) le

Hermès Carré Club
Du 29 novembre au 8 décembre
Carreau du Temple
2, rue Perrée – 3e
Entrée libre sur réservation à partir du 19 novembre 
Plus d'infos


Hôtel Métropole depuis 1818
, l’exposition au Pavillon de l’Arsenal 

Le topo

Édifices en perpétuelles mutations, les hôtels font parti de notre paysage quotidien, mais peuvent souvent passer inaperçus. Cette exposition révèle alors l’histoire de ces bâtiments et de leur architecture, en revenant notamment sur l’ouverture de l’hôtel Meurice en 1818, qui marque un tournant dans son évolution avec un hôtel qui se rapproche du palace.

Pourquoi c’est cool

À l’ère des locations entre particuliers, et à un moment où Paris réinvente son architecture hôtelière pour accueillir les Jeux olympiques de 2024, cette exposition cherche alors à explorer les différentes facettes de cette architecture, qu’on séjourne dans un lit XXL, une chambre capsule ou dans un dortoir, ou au contraire qu’on en profite sans y dormir.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pavillon de l'Arsenal (@pavillonarsenal) le

Hôtel Métropole depuis 1818
Jusqu’au 12 janvier 2020
Pavillon de l’Arsenal
21, boulevard Morland – 4e
Entrée libre
Plus d’infos

Fin des articles