L’Âme primitive, l’expo qui célèbre l’essence de la vie

  • Agathe S
  • Expo
  • Publié le 27 Septembre 2021 à 17h58
Marisa Merz (1926-2019), Sans titre, sans date, matériaux mixtes sur papier de riz, 45,5 × 32,5 cm. Paris, collection privée. Courtesy de Saint Honoré Art Consulting, Paris. Marisa Merz © Fondazione

Du 29 septembre 2021 au 27 février 2022, le Musée Zadkine ouvre ses portes à des artistes venus du monde entier à l’occasion de l’expo « l’Âme primitive ». D’hier et d’aujourd’hui, les oeuvres exposées ont en commun le lien vrai qu’elles tissent avec le monde. De la sculpture à la video, l’expo nous fait voyager au coeur même de ces Âmes primitives.

Dans le 6e, non loin du jardin du Luxembourg se trouve le magnifique Musée Zadkine. Les murs de cette bâtisse ont vu l’artiste russe Ossip Zadkine vivre et créer de 1928 à 1967. À la fois sa demeure et son atelier, ce musée est et a toujours été un véritable lieu de vie et de création. L’œuvre et la mémoire d’Ossip Zadkine ne cessent d’être honorées dans cet atelier-musée charmant et lumineux, fruit du legs de son épouse Valentine Prax à la Ville de Paris.

L’Âme primitive, un retour aux sources

Pendant 5 mois, du 29 septembre 2021 au 27 février 2022, une expo unique s’installe au Musée Zadkine, questionnant la notion de primitivisme. Exploré et développé par Zadkine au début du XXe siècle, le primitif contribue à la naissance d’un nouveau langage sculptural témoignant de sa méfiance envers le monde moderne. À travers cette expo construite en trois axes - le premier renverse le concept de « primitif », le second se consacre au corps, et le dernier à la demeure -, de nombreux artistes se côtoient.

Certains sont comme Zadkine du siècle dernier, et d’autres sont encore bel et bien vivants. Chacun à sa façon, à travers une centaine d’œuvres différentes, allant de la sculpture à la vidéo en passant par la peinture, exprime son lien « vrai » avec le monde. On déambule dans cette expo d’une thématique à l’autre, de même que l’on se reconnecte avec l’essence même du monde, de la vie. C’est l’occasion de (re)découvrir le musée Zadkine, lieu rempli de poésie, dont le jardin et les verrières apportent un charme fou.

L’Âme primitive
Du 29 septembre 2021 au 27 février 2022
Musée Zadkine, 100 bis rue d’Assas, 6e
Du mardi au dimanche, de 10h à 18h
Réservation conseillée ici ! 

Fin des articles