Hassan Hajjaj, un aller simple pour le Maroc, coloré et décomplexé

La Maison Européenne de la Photographie présente la première rétrospective en France de l’artiste anglo-marocain Hassan Hajjaj, en lui donnant carte blanche pour investir la totalité de ses espaces. On pourra y découvrir son intérêt pour l’univers de la mode et son point de vue critique et décomplexé sur la société de consommation, ainsi que sur les questions de tradition et d’identité, à travers des séries photographiques, des installations, des vidéos, du mobilier et des éléments de décoration. Un aller simple pour le Maroc à ne rater sous aucun prétexte.

« Je veux partager avec le monde entier ce que je connais du Maroc : une énergie et une attitude ; l’inventivité et le glamour de la mode de rue ; le graphisme étonnant véhiculé par les objets du quotidien ; la jovialité et la force de caractère des gens », confie l’artiste. Pari réussi, notamment grâce au grand parcours, qui retrace plusieurs années de son travail, tant influencé par les scènes culturelles et musicales londoniennes que par son héritage nord-africain. Ses inspirations ? La lumière, les couleurs et… la musique ! « J’en écoute en travaillant. Peut-être que ça se voit, les images et les cadres possèdent une sorte de rythme. »



Autodidacte, Hassan Hajjaj ne se fige dans aucun genre ni aucune forme. Ses photographies, de grandes compositions colorées, adoptent les codes de la photographie de mode contemporaine et du pop art afin de servir, avec force, son point de vue critique et décomplexé sur la société de consommation et le port du voile. Un discours engagé, fait de fond et de forme, qui se retrouve jusque dans l’encadrement de ses créations, fabriqué en relief à partir d’objets de consommation majoritairement marocains (boîtes de conserve, canettes de soda, tubes de harissa, etc…).

Si la première partie de l’exposition s’inscrit dans l’univers de la mode et du vêtement au sens large, la suite du parcours s’ancre davantage dans le quotidien et les modes de vie des modèles photographiés. Comme c’est le cas pour la série photographique My Rockstar, vibrant hommage aux différentes personnalités côtoyées par le photographe : célébrités internationales, amis et connaissances de l’artiste, inconnues du grand public.

Le must-do ? Se faire tirer le portrait devant un mur de papier peint kitsch et coloré, cadre symbolique et habituel des prises de vue de l’artiste. Une exposition arty et punchy, pour continuer à voyager, même si sonne la fin de l’été…

Maison Marocaine de la Photographie, carte blanche à Hassan Hajjaj
Maison Européenne de la Photographie
5/7, rue de Fourcy – 4e
Du 11 septembre au 17 novembre 2019

Fin des articles