5 expos cool et gratuites à voir au printemps

© Thomas Jorion

Le soleil fait une timide apparition cette semaine, comme pour annoncer l'arrivée du printemps. En attendant de pouvoir se dorer la pilulle dans les parcs, on court se réfugier dans les petites galeries découvrir des artistes qui gagnent à être connus.


AbdelKader à la Galerie Templon

Abdelkader Benchamma, de retour de résidence à la Villa Medicis, expose pour la première fois à la galerie Daniel Templon. Utilisant souvent le dessin mural en noir et blanc pour sa simplicité et sa force graphique, l’artiste développe un langage à travers lequel il parvient à faire douter le visiteur de la réalité de sa perception, en le faisant pénétrer dans des univers instables et dynamiques.

Galerie Templon
30, rue Beaubourg – 3e 
16 mars – 11 mai 2019


Fortune à Lafayette Anticipations

Du 21 février au 28 avril, Lafayette Anticipations accueillera la première exposition institutionnelle de l’artiste Camille Blatrix, Fortune. Dans son travail, Camille Blatrix aborde le champ de la sculpture en s’inspirant des objets manufacturés qui peuplent nos sociétés. Ses installations complexes et très ouvragées mêlent le bois, le métal et le plastique avec des éléments de facture industrielle fabriqués manuellement pour un résultat sensationnel.

Fortune de Camille Blatrix
Lafayette Anticipations
9, rue du Plâtre – 4e
21 février 28 avril 2019


Thomas Jorion à la Galerie Esther Woerdehoff 

Le photographe Thomas Jorion nous propose avec sa série Veduta une plongée dans une Italie d’un autre temps. La série de clichés, prise en Italie de 2009 à 2019, présente des lieux oubliés, retirés du monde, théâtre poussiéreux d’un temps figé empreint d’une magnificence déchue.



Galerie Esther Woerdehoff
36, rue Falguière – 15e
7 février - 6 avril 2019


Toshio Saeki à la galerie Arts Factory

Artiste faisant l’objet d’un véritable culte, Toshio Saeki est l’inventeur d’un style unique, dans un domaine qu’il a totalement transformé, l’Ero-Guro (littéralement : scènes érotico-grotesques). Ce genre, dont on attribue la paternité à l’écrivain Edogawa Ranpo, remonte aux origines du dessin japonais classique et a inspiré une riche iconographie à travers les siècles. Stimulé par la censure qui sévit au Japon – il est prohibé de montrer les sexes – Toshio Saeki fait de l’interdit une contrainte artistique en déportant vers l’absurde et le surréalisme le plus vieux sujet du monde.

Arts Factory 
27, rue de Charonne – 11e
13 mars - 20 avril 2019


Brian Calvin à l'Almine Rech Gallery

« Plusieurs fois par semaine, les gens me demandent : "Que peignez-vous ?" Et je leur réponds : "Des gens". Je n’ai pas cherché à créer ces personnages emblématiques : ils se sont développés lentement, au fil du temps, jusqu’à être là, tout simplement. Je suis parfois assez partagé sur l’apparence de certains d’entre eux. Ces derniers temps, j’ai l’impression qu’ils changent d’aspect, qu’ils redeviennent plus naturalistes. C’est sûr que les gros yeux, les grosses lèvres, ultra-simplifiés, ça paraît ridicule… mais ce n’était pas intentionnel. » Brian Calvin, on ne te connaît pas encore, mais tu nous plais déjà.

Almine Rech Gallery 
64, rue de Turenne – 3e
9 mars - 13 avril 2019

Fin des articles