6 astuces pour dépolluer son appart'

  • Manon M
  • Déco & Design
  • 08/01/2018
© Unsplash - Bench Accounting

On ne va pas se mentir, en ces temps hostiles, la dernière chose que l'on a envie de faire le matin, c'est ouvrir ses fenêtres pour faire diminuer le taux de dioxyde de carbone de sa chambre après une nuit de sommeil. Et pourtant, il est nécessaire d'aérer son appart' de dix à trente minutes par jour (dans l'idéal). On vous donne tous nos tips pour dépolluer son appart' facilement, et rapidement.


Enlever ses chaussures et se laver les mains en arrivant 

Elémentaire mais pas automatique.


Dépolluer avec des plantes

Tandis que nous vous donnions la liste des plantes dépolluantes ici, les spécialistes* recommandent de compter au moins quatre à cinq grosses plantes pour une pièce de 20 m2. Il faut aimer vivre dans une jungle, c'est pour mieux respirer mon enfant. 


Changer ses habitudes de vie...

Passer l'aspirateur au moins deux fois par semaine, surveiller le taux d'humidité (en étendant son linge à l'extérieur, tant que l'on peut), limiter la température ambiante à 20° et laver ses draps à 60° font partie de ces petits réflexes qui rendent ton appart' un peu plus sain.


...et ses produits ménagers

Qu'ils sont beaux, les sols qui brillent de mille feux sur les flacons ultra-chimiques aux étiquettes oranges qui te promettent une "fraîcheur printanière". En attendant, les produits ménagers naturels/écologiques comme le vinaigre blanc (pour les vitres et le calcaire), le savon noir ou de Marseille (pour les sols), le bicarbonate de soude ou le citron, décapent (et donc abîment) moins tes surfaces. Et sont bien plus sains et biodégradables.


Bannir le tabac

Car oui, même en aérant, même en tapant les tissus après, les particules toxiques émanant de vos cigarettes se fixent sur les tissus et le mobilier, continuant de vous intoxiquer bien après l'aération. Ce phénomène répond au doux nom de "tabagisme passif au troisième degré".


Préférer les huiles essentielles aux bougies

Et cela vaut aussi pour vos bâtonnets d'encens : un diffuseur d'huiles essentielles sera plus subtil (et empêchera votre intérieur de sentir comme ces boutiques un peu ésotériques). Pendant que vous y êtes, faites l'impasse sur les bombes désodorisantes qui provoquent au cours de la combustion des émanations de substances cancérigènes (le benzène, le formaldéhyde et l'acétaldéhyde) et préférez le papier d'Arménie, désodorisant naturel et antibactérien. 


* Je teste les plantes détox et dépolluantes, de Michel Gérault et Ronald Mary, éd. Alysse, 5,90€