Le monde d'après fait son cinéma à Deauville

  • Antoine K
  • Ciné-Séries
  • Publié le 8 Septembre 2020 à 15h55
© festival-deauville.com

Le Bonbon était présent à l’ouverture de la 46e édition du festival de Deauville. Alors que le Festival de Cannes a été annulé et reporté à 2021, la tenue du festival de Deauville dans le contexte actuel de crise sanitaire relève de la prouesse.


C’est devant un parterre de stars masquées que se sont tenus les habituels discours d’ouverture. Tous ont mis l’accent sur la nécessité de continuer à soutenir le cinéma et les artistes qui œuvrent au quotidien à réenchanter le monde et à provoquer les questionnements qui font avancer notre société. Dans ce contexte particulier, la rédaction du Bonbon a pu assister à la projection de Last Words de Jonathan Nossiter, en compétition pour Deauville et labellisé Cannes 2020.

©festival-deauville.com

Le film, une dystopie inquiétante et saisissante, fait évoluer ses personnages en 2084 sur une planète Terre décimée par les catastrophes naturelles, rongée par les pluies toxiques, parcourue par les virus et les épidémies. Une atmosphère angoissante où nous assistons à la vie et à la mort des derniers Terriens. Dans les décombres de Paris, le héros découvre une pellicule de film. Cette découverte marque le départ d’une longue quête pour comprendre à quoi elle a bien pu servir.

©allociné

Avec ce film, c’est une véritable mise en abyme et une réflexion sur le cinéma que nous offre Jonathan Nossiter. Le cinéma dans sa dimension onirique, certes, mais aussi réflexive et mémorielle puisque le héros va s’attacher à filmer les derniers instants de la vie. Plus que jamais, le septième art a quelque chose à dire de notre monde, et ce ne sont pas les spectateurs masqués de Deauville qui nous dirons le contraire.

Rendez-vous le 21 octobre prochain pour découvrir le film en salle !


Festival du Cinéma Américain

En ce moment et jusqu'au 13 septembre
Deauville

Fin des articles