Debout sur la montagne, on respire à pleins poumons !

Pas toujours évident de sortir la tête de la masse gluante et uniforme des films français pour respirer un peu. Debout sur la montagne, on trouvera peut-être un peu d'air, semble s'être dit Sébastien Betbeder. Grand bien lui en a pris, puisque son 11e film en tire une certaine fraîcheur, avant de nous envelopper d'une douceur onirique bienfaitrice. 


Hugo, Stan et Bérénice étaient inséparables. Après presque 15 ans à chacun tracer sa route tant bien que mal, les voilà presque trentenaires quand la mort de Pierre, le frère de Hugo, les réunit à nouveau, dans le petit village perdu au cœur des montagnes de leur enfance. Leur profonde amitié d'alors leur permettra-t-elle de retrouver un peu de la fantaisie, de l'insouciance et de la joie de vivre qui leur manque aujourd'hui ? 

Debout sur la montagne film critique

Nous voici donc en présence de trois personnages arrivés à un tournant de leur vie. Disons simplement que l'âge adulte ne leur a pas trop réussi, et que leur retrouvailles sont l'occasion de se replonger dans une période plus heureuse de leur vie, et peut-être d'en amorcer une nouvelle. Le retour aux sources, aux joies simples de l'enfance, mais surtout l'importance des liens indéfectibles tissés dans l'enfance, voilà de quoi Sébastien Betbeder veut nous parler ici, et il le fait en développant un univers contenant toute l'imagerie fantastique et toute l'imagination foisonnante qu'on a à cet âge. 

Debout sur la montagne film critique

Mais si le thème et le cadre du métrage sont tout à fait passionnants, avec ces scènes de joies simples et ces paysages de montagne vivifiants, c'est peut-être surtout l'entente évidente entre le trio d'acteurs, tous excellents, et le réalisateur, qui donne au film sa couleur très joyeuse, espiègle et enthousiaste. En replongeant ses personnages en enfance, en leur permettant de retrouver la joie de vivre un temps oubliée et dominée par les soucis du quotidien, le réalisateur nous montre le chemin, et milite avec humour et poésie pour un retour salvateur aux racines. Et tout à fait entre nous, qui n'y a jamais pensé ?

Debout sur la montagne film critique


Debout sur la montagne, c'est un souffle d'air frais, une cure de jouvence cinématographique qui fait un bien fou car elle nous transporte, le temps du film, dans un univers tapis là, au fond de nous, et qui peut-être n'attend que de ressurgir pour nous rendre l'insouciance si nécessaire au bonheur. 

Fin des articles