Les smartphones bientôt proscrits des clubs parisiens ?

© Eduardo Merille Suivre / Flickr

On se posait déjà la question l'année dernière. Aujourd'hui, avec l'histoire du 824 heures (11e) qui interdit les photos en ses lieux, la problématique refait surface. Parce qu'on a déjà tous fait partie des tocards qui filment un concert pour montrer qu'on y était, parce qu'on s'est tous déjà sentis journaliste reporter de notre propre life (sans pour autant rencontrer son public, il faut pas se leurrer), les clubs parisiens vont-ils mettre fin à cette mascarade numérique ?


« Avez-vous retrouvé un téléphone hier soir ? », « j'ai pété l'écran de mon portable en le faisant tomber pendant un pogo », autant de phrases qui sont devenues l'apanage du quotidien depuis qu'une troisième main nous a poussé il y a quelques années sans plus jamais nous quitter. On se réveille avec, on voyage avec, on photographie ses plats au resto, ses cuisses à la plage, son pote en train de se mettre dans une situation compromettante...

L'idée a germé dans les clubs berlinois, à l'image du Berghain qui officie à grands renforts de gommettes vertes. « C’était une réponse évidente. Nous ne faisons pas ça pour interdire les photos mais pour obliger les gens à retrouver leur liberté », explique le porte-parole de l’agence Bonjour/Bonsoir à 20 Minutes.

Parce que de liberté nous sommes clairement privés, nous transformant en panneaux publicitaires fournisseurs de contenus pour les clubs de France et de Navarre.

Clairement, la plupart de ces photos et vidéos nous desservent plus qu'autre chose. Mais sommes-nous prêts à laisser le téléphone au vestiaire, si l'on prend en compte le fait que les frontières de la vie privée sont aujourd'hui bien plus fines qu'une feuille de papier à cigarette ? Réponse dans les années à suivre. Donnez votre avis ici : 

Fin des articles

Paramètres des cookies